6 règles d’or pour réussir votre pitch

réussir son pitch

Non, l’art du pitch n’est pas réservé aux startups. En tant que travailleur indépendant, vous devez également maîtriser cet exercice, afin de séduire vos clients et prospects. On vous livre nos conseils pour pitcher avec succès.

Lorsqu’on travaille à son compte, il faut savoir se vendre pour décrocher de nouvelles missions – et ainsi enregistrer un chiffre d’affaires convenable. Avec la double contrainte d’être aussi synthétique que convaincant. D’où l’importance de maîtriser l’exercice du pitch (ou Elevator Pitch), qui consiste à capter l’intérêt de votre interlocuteur en moins d’une minute – juste le temps de le croiser dans l’ascenseur. Au cours d’une soirée networking, lorsque vous faites de la prospection téléphonique ou dans le cadre d’un salon, il pourra vous être utile dans bien des situations. Mais encore faut-il maîtriser ces quelques règles de base…

Faites simple

Nul besoin d’utiliser des mots grandiloquents ou d’utiliser des termes trop techniques pour présenter votre activité. Au contraire, vous risquez de perdre votre interlocuteur. Faites des phrases courtes et soyez concrets : il faut qu’en vous écoutant, on puisse comprendre parfaitement ce que vous faites, quelles prestations vous proposez et quelle est votre valeur ajoutée.

N’essayez pas d’être exhaustif

Impossible de tout dire en moins d’une minute. Il faut donc vous adapter au maximum à la personne qui vous fait face, et à ce que vous attendez d’elle (comme à ce qu’elle pourrait attendre de vous). Cela vous permettra de choisir les éléments que vous mettrez en avant en priorité – compétence spécifique, exemple de mission déjà effectuée, suggestion de prestation…

Démarquez-vous de la concurrence

Des graphistes / développeurs / rédacteurs en freelance, il y en a à la pelle. Il faut donc montrer à votre prospect pourquoi il devrait opter pour vos services plutôt que pour ceux d’un concurrent. Insistez sur vos points forts. Vous vous êtes récemment formé à un tout nouvel outil, qui pourrait précisément répondre aux besoins de votre prospect ? Cela peut faire la différence…

Formulez clairement votre demande

Vous présenter ne suffit pas, encore faut-il que votre interlocuteur comprenne ce que vous attendez de lui. Recherchez-vous un contact ? Des conseils ? Une nouvelle mission ? Selon les cas, vous pouvez lui demander une carte de visite pour pouvoir le rappeler ultérieurement, lui demander des conseils pour développer votre activité ou encore lui proposer un rendez-vous pour discuter plus en détails des services que vous avez à lui offrir.

Soyez mémorable

L’un des objectifs du pitch est que votre interlocuteur se rappelle de vous. Parler de manière enthousiaste permet de communiquer votre motivation, voire la passion que vous mettez dans votre job. Vous pouvez également raconter une anecdote amusante, opter pour une bonne phrase d’accroche et de conclusion, ou aller chercher votre interlocuteur sur un terrain où il ne vous attend pas, afin de le surprendre. Attention, cependant, à ne pas tomber dans l’excès inverse : un peu d’originalité, c’est bien, mais il faut tout de même que vos clients et prospects vous prennent au sérieux.

Pensez à la communication non-verbale

Maîtriser son discours c’est bien. Adopter la bonne attitude, c’est encore mieux. Car avoir le regard fuyant ou la respiration saccadée n’est, en général, pas très engageant. Adoptez une position dans laquelle vous êtes à l’aise, tenez-vous droit sans être figé, et maintenez un contact visuel avec celui qui vous écoute. Vous pouvez également accompagner votre discours de quelques gestes mesurés. Enfin, pensez à bien écouter votre interlocuteur en retour, afin de lui démontrer votre intérêt et de pouvoir répondre à ses éventuelles interrogations.