Comment choisir sa société de portage salarial ?

Chaque année, l’INSEE (Institut National de la Statistique et de l’Étude Économique) procède au recensement des travailleurs en France. L’hexagone compte près de 30 millions d’actifs. Cependant, un sondage réalisé par le figaro.fr à l’aube de l’année 2016 révèle que plus d’un tiers des travailleurs trouve le régime de travail classique assez rigide.

C’est probablement l’une des raisons pour laquelle l’entrepreneuriat moderne se tourne vers l’indépendance proposée par le statut juridique de salarié porté. Pensé pour les travailleurs indépendants et ceux ayant opté pour le statut d’auto entrepreneur, le portage salarial est de plus en plus en plus plébiscité par le créateur d’entreprise ou micro entreprise.

Or, devenir travailleur indépendant, exercer une activité professionnelle en freelance, être chef de projet ou auto entrepreneur tout en gardant un statut de salarié, implique nécessairement un contrat de travail avec une société de portage salarial. Comment faire la différence parmi la pléthore de structures de portage en France ? Sur quels critères se baser pour trouver le bon partenaire et assurer ses prestations de services ?

Bien choisir son agence de portage salarial

Les critères pour déceler la société de portage sérieuse

Lorsque l'on jette un coup d’œil sur les forums de discussion des travailleurs, les nombreux acteurs des professions libérales avouent leurs difficultés à trouver une société de portage salarial. Cette tendance est confirmée par une enquête réalisée en septembre 2015 par le figaro.fr.

Avec près de 200 sociétés de portage recensées par l’INSEE, le secteur connaît une progression fulgurante dans le marché de l’emploi. Pour passer outre les difficultés de cette prolifération et devenir consultant freelance, autoentrepreneur ou effectuer un travail indépendant, le futur employé porté se doit d’établir des critères de sélection.

Sur quelle base établir les critères de sélection ?

Les métiers proposés par le portage salarial à l’entrepreneur individuel sont multiples. Par ailleurs, les nombreuses entreprises de portage ne se valent pas, certaines structures favorisant les métiers de leur choix.

Par conséquent, les critères de sélections doivent être motivés par les compétences du salarié et surtout par la nature et la vision à long terme de son projet professionnel. Partant sur cette base, le choix peut se faire spécifiquement à partir de :

1. L’étude financière de la société de portage salarial

Bien que répondant à un régime particulier, les sociétés de portage salarial restent des entreprises. Elles ont aussi pour principal objectif de croître et de faire des bénéfices. Une structure de portage se doit donc d’avoir une santé financière quasi irréprochable.

Cette mesure n’est surtout pas à prendre à la légère. À de nombreuses reprises, le législateur a dû intervenir pour remettre de l’ordre dans l’organisation et la gestion des entreprises de portage.

2. La richesse des services et des avantages proposés par la société de portage salarial

On ne le dira jamais assez, les sociétés de portage ne proposent pas les mêmes services et les mêmes avantages à leurs prestataires. En contrepartie des frais de gestion prélevés sur les missions effectuées, le salarié porté peut prétendre à certains services.

Au-delà de la prise en charge des tâches administratives qui sont obligatoires, le travailleur indépendant peut aspirer à :

Seules les entreprises de portage les plus cotées proposent un large éventail de services complémentaires. 

3. Les frais de fonctionnement de portage proposés par l’entreprise

Conformément à la réglementation et aux conventions collectives, la société de portage a le devoir de fixer des taux de frais de fonctionnement ou de gestion. Il s’agit de l’un des grands principes de ce type d’entrepreneuriat, par conséquent, le salarié porté doit être particulièrement attentif à cet aspect avant de s’engager. 

Généralement estimé entre 5 et 10 %, le taux de frais de gestion est généralement sujet à la dégressivité, influencé par la compétence et l’ancienneté de l’employé concerné. Directement relié au salariat, il est prélevé du cumul de ses revenus.

Plus un employé a des années d’expérience derrière lui, plus les frais de gestion seront bas et son salaire élevé. Dans ce registre également, la prudence est de mise avant tout engagement. En effet, seules les entreprises de portage les plus sérieuses proposent les taux les plus attractifs.

4. Le niveau d’expérience de la société de portage

L’expérience est un levier important dans le marché de l’emploi, notamment pour ce qui est de la survie d’une entreprise. Les sociétés de portage salarial aussi ont besoin d’un vécu pour asseoir les prestations de leurs consultants.

Que procure l’ancienneté à une structure de portage ? Plus de savoir-faire au niveau technique et administratif. Dans le cadre de la convention de portage liant le consultant indépendant à la société, l’employé a toute la latitude de jouir de cette expérience.

5. La côte de la société de portage auprès des entreprises clientes

Une société de portage performante a de nombreuses références. En effet, lorsqu’un client est satisfait du travail d’un consultant ou d’une prestation, il le fait généralement savoir. La structure de portage gagne ainsi en réputation.

Une société de portage reconnue a logiquement plus de chance de recevoir des missions. Les consultants ont souvent la possibilité de bénéficier de missions exclusives, ce qui évite de perdre du temps dans la prospection. Cette réputation aboutit dans certains cas à un partenariat avec de grandes structures.

6. L’appartenance de la société de portage à un syndicat reconnu

Il est important pour une entreprise de portage de faire partie d’un syndicat reconnu. Cela lui permet de mieux défendre ses intérêts et par ricochet, celui de ses prestataires et de ses clients. La France compte plusieurs dizaines de syndicats de société de portage salarial.

Pour approfondir le sujet :