Portage salarial et cotisations sociales

L’employeur et le salarié participent au financement de la sécurité sociale, des retraites complémentaires ou de la formation professionnelle. Ils contribuent sous la forme de charges sociales qui vont être déclinées en cotisations patronales et cotisations salariales.

Le statut du salarié porté étant bien particulier, la question de sa contribution aux cotisations sociales se pose. Pourquoi le salarié porté doit-il payer des cotisations sociales ? Et surtout comment sont-elles prélevées dans le cadre d’un portage salarial ?

Portage salarial et cotisations sociales

Payer ses cotisations sociales est-il obligatoire dans le cadre d’un portage salarial ?

Il faut garder à l’esprit que le salarié porté est bien soumis aux cotisations sociales. La seule différence avec le travailleur indépendant étant que ce n’est pas à lui de les reverser à l’URSSAF et aux autres caisses. Souvenez-vous que dans le cadre du portage salarial, l’entreprise de portage assume toutes les obligations administratives à la place du consultant, lui épargnant ainsi la tâche complexe de gérer les cotisations à verser à telle ou telle caisse. D’autant plus qu’elles sont susceptibles de varier en fonction de l’activité, de la masse salariale et même du statut du salarié. Il s’agit là de l’un des avantages du portage salarial.

Les cotisations sociales obligatoires pour le professionnel et son employeur

La société de portage elle soumise aux cotisations comme n’importe quelle autre entreprise. Une partie du chiffre d’affaires et du salaire brut du salarié, en finançant aides et dispositifs sociaux, lui garantit d’être couvert en cas de chômage, maladie et même lorsqu’il fera valoir ses droits à la retraite. À titre d’exemple de cotisations sociales payées par le salarié et la société de portage, il y a la CSG-CRDS, la cotisation chômage, les allocations familiales, l'assurance maladie, l'aide au logement et les cotisations vieillesse.

Il est à noter que certaines de ces cotisations sont dues autant par le salarié que la société de portage, tandis que d’autres seront à régler uniquement par l’une ou l’autre des parties.

Mode de prélèvement

Les cotisations sociales sont prélevées directement sur le chiffre d’affaires réalisé par le salarié en portage. Dans un premier temps, la société de portage va retirer ses frais de gestion. Elle récupère ensuite les charges patronales, le reliquat équivaut au salaire brut, auquel sont déduits les cotisations sociales, pour reverser son salaire net ainsi obtenu au professionnel en portage.

Le portage salarial offre ainsi au salarié qui veut se lancer en indépendant un cadre qui lui permet d’exercer en toute sérénité.

Pour approfondir le sujet :