EURL, SASU et portage salarial : quel statut juridique choisir ?


Lorsque l’on souhaite créer son entreprise, nous passons indéniablement par le choix de plusieurs paramètres définissant le cadre de notre structure. Le choix de son statut juridique est une des étapes-clés de cette prise de décision. Aujourd’hui, l’État propose à ses jeunes entrepreneurs plusieurs formes juridiques telles que la micro entreprise, l’EIRL, l’EURL, la SAS, la SASU ou encore le portage salarial.

Mettons la lumière sur les trois types de structures les plus plébiscités par les travailleurs indépendants : l’EURL, la SASU et le portage salarial. Mais choisir entre ces différentes formes impose de bien connaître les caractéristiques relatives à chaque statut juridique. En fonction la nature de l’activité, ce choix sera ajusté. Penchons-nous en détail sur le fonctionnement de chacune de ces solutions pour faire un choix en toute connaissance de cause.

L’EURL, un statut juridique aux avantages intéressants

L’EURL ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée désigne une entreprise à associé unique et se veut très facile d’accès. Ce type de structure est un dérivé de la SARL, qui au contraire ne permet pas de fonder sa société en solitaire. L’EURL est par ailleurs fréquemment désignée telle qu’une SARL unipersonnelle.

L’avantage d’une EURL est qu’elle s’adapte à tous types d’activités, qu’elles soient artisanales, commerciales, agricoles ou de prestations de services. Le gérant fondateur dispose en outre des mêmes règles qu’un micro-entrepreneur en termes de protection sociale. D’un point de vue juridique, l’EURL offre l’opportunité à son gérant fondateur d’avoir la main sur la prise de décisions.

Opter pour une EURL, c’est profiter d’un certain nombre d’avantages non négligeables. Dans cette longue liste, il est pertinent de relever les plus attrayants d’entre eux :

  • La possibilité de créer son entreprise entièrement seul.
  • La création d’une EURL minimise les risques financiers : en tant que personne physique, le gérant sera soumis à un régime fiscal avantageux de l’impôt sur le revenu et non de l’impôt sur les sociétés.
  • La gestion d’une EURL n’est pas si complexe puisqu’elle n’impose pas de rapport de gestion et de procès-verbal d’assemblée. Toutes les décisions importantes prises seront gérées par l’associé unique.
  • Au bout de cinq ans, le gérant peut vendre ses parts sociales. Il pourra bénéficier en échange d’une exonération sur les excédents de cessions de titres lorsqu’il partira à la retraite.
  • En cas d’une volonté de délégation de la gestion de son EURL à un tiers, le gérant associé ne sera pas contraint d’effectuer une location-gérance. Les formalités seront très faciles et rapides.

La SASU : un statut social ambitieux

Mis en place depuis 1994, la SASU ou Société Anonyme par Actions Simplifiées, est une alternative plus souple que la SAS. Constituée par un associé unique, cette entreprise individuelle ne l’oblige pas à occuper en plus la fonction de président, qui peut être déléguée par un tiers. Contrairement à l’EURL, la SASU ne réclame pas de capital minimum et dispose d’une grande facilité organisationnelle. Une grande vigilance est toutefois requise lors de la signature des statuts : les démarches sont onéreuses. La SASU est généralement conseillée pour les entrepreneurs ayant un projet d’entreprise à forte capacité de développement.

Voyons plus en détail les avantages mis à disposition des travailleurs indépendants optant pour la SASU :

  • Le président de la SASU accède aux mêmes avantages que les salariés en termes de protection sociale : couverture santé, assurance chômage et caisses de retraite.
  • L’associé unique profite d’une responsabilité limitée : son patrimoine personnel est bien distinct de son patrimoine professionnel, évitant ainsi les risques en cas de difficultés financières.
  • Chaque prise de décision n’oblige pas l’invocation d’une assemblée générale. Il est le seul maître à bord de son entreprise, et ce sans impliquer ses collaborateurs.
  • Si la SASU se développe vite et doit passer en SAS, les formalités sont légères et rapides.
  • Contrairement à l’EURL, la SASU affranchit son associé unique d’éventuelles charges sociales sur les dividendes de sa structure.

Le portage salarial, l’eldorado de l’entrepreneur individuel

Le portage salarial est sans conteste une des meilleures solutions pour tout entrepreneur qui se respecte. En effet, ce statut social marie les avantages du salariat avec ceux de la micro-entreprise. En optant pour cette forme juridique, l’indépendant peut exercer son activité en toute liberté sans se charger de la part administrative relative à sa structure. Le principe est simple, plutôt que de développer entièrement seul son entreprise, le portage salarial soumet une relation à trois acteurs : le porté soit l’entrepreneur, l’entreprise cliente à qui il vend son expertise, et la société de portage salarial qui officie en tant qu’intermédiaire.

Mais quels sont les avantages d’une telle alternative ? Ils sont multiples et séduisent de plus en plus d’entrepreneurs français :

  • À l’instar d’une micro-entreprise ou d’une EURL, le gérant travaille de façon autonome et a la liberté de prendre les décisions qu’il souhaite. La flexibilité de l’emploi du temps reste fidèle à celle de l’entrepreneur individuel. Celui-ci peut travailler seul ou en coworking, établir ses propres horaires, et ce, sans rendre de compte à personne.
  • La protection sociale est la plus intéressante puisque le travailleur indépendant bénéficie des mêmes avantages que les salariés. Il peut même avoir accès à une mutuelle santé, mais aussi d’allocations chômage ou bien d’indemnités journalières en cas d’arrêt maladie.
  • Ce point va grandement plaire aux phobiques de l’administratif ! Seule la société de portage salarial prend en main l’intégralité de la masse administrative liée à l’entreprise individuelle. Facturation, compta ou déclaration des charges sociales, le jeune entrepreneur n’aura à se soucier de rien.
  • Qui dit autonomie ne dit pas forcément abandon. En tant que porté, il est tout à fait possible de profiter de conseils précieux de la part de la société de portage salarial. Des formations sont même régulièrement soumises en vue de perfectionner l’expertise du travailleur.
  • Avec le portage salarial, il est enfin possible d’accéder à un réseau d’experts pour trouver des clients plus facilement.

Le choix entre une EURL, une SASU et un portage salarial devra s’effectuer en fonction de l’activité professionnelle, mais aussi de ses propres besoins. Néanmoins, le portage salarial s’impose aujourd’hui comme un excellent compromis dont le principal but est que l’entrepreneur se concentre à 100 % sur son activité sans s’alourdir du reste.

Pour approfondir le sujet :

Newsletter