Comment fonctionne la facturation client avec une société de portage salarial ?


Il n’est pas facile de choisir le statut juridique le plus adapté à son activité professionnelle lors de la création de son entreprise. Si un grand nombre de travailleurs indépendants font le choix du statut freelance, de plus en plus optent pour une de ses meilleures alternatives : le portage salarial.

Gestion des missions, grande autonomie, accompagnement personnalisé, télétravail ou accès à un réseau d’experts… l’avantage le plus significatif demeure tout de même la simplicité de gestion administrative. En effet, en contractant avec une société de portage salarial, l’entrepreneur individuel profite d’un vrai contrat de travail et fait ainsi le choix de déléguer l’intégralité de ses tâches administratives, juridiques, et comptables. Mais en termes de facturation client, quel est le fonctionnement ? Voyons en détail comment agit la procédure.

Quand la facturation client n’est plus une corvée

Après avoir réalisé avec succès sa nouvelle mission, le consultant indépendant doit facturer son client final comme n’importe quel micro-entrepreneur. Cependant, dans ce cas, la tâche incombe bien à la société de portage. Celle-ci facture à son nom le client en reprenant le tarif issu du contrat de prestation conclu entre eux et en amont.

Lorsque le règlement de ladite facture est effectué, la société de portage verse à son salarié indépendant la somme due en prélevant une commission. Cette rémunération correspond à un salaire. Des sociétés de portage telles que AD’Missions proposent des avances de salaires, dans le cas où le client ne procède pas au règlement de sa facture en temps et en heure.

L’accès à un salaire mensuel

Contrairement au statut freelance, l’indépendant travaillant avec une société de portage pour mettre à bien son projet professionnel bénéficie d’un salaire mensuel. Il recevra par ailleurs un bulletin de salaire mensuellement. Le montant de la rémunération correspond aux détails de la mission réalisée. Le 2 avril 2015, une ordonnance a été établie prévoyant le règlement obligatoire d’une avance de salaire brute équivalente à 2 415 € pour un temps plein. Dès que le client opère le versement de la somme réclamée, un complément est ainsi attribué au porté.

Il est parfois difficile de s’y retrouver entre le salaire brut et net, d’autant plus que la commission octroyée par la société diffère selon les organismes de portage salarial. Pour anticiper le mieux possible, une simulation de salaire est proposée par l’équipe des Ressources Humaines de la société de portage. À titre d’exemple et selon la convention collective, une facturation convertie intégralement en rémunération nette sera fixée aux alentours de 45 %. En jouant plutôt la carte de l’optimisation, il est possible de faire grimper ce taux à 67 %.

Pour approfondir le sujet :

Newsletter