Le Portage Salarial séduit les cadres


Un rapport présenté par l’APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres) et le PEPS (Syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial) publié en avril 2019, révèle que près de 57 % des cadres se disent favorable à quitter le salariat, selon certaines conditions. Exercer son activité professionnelle sous une autre forme d’emploi semble aujourd’hui devenir un aspect central auprès des métiers de service et de conseil. Et c’est particulièrement le cas chez les salariés cadres qui se tournent de plus en plus vers le portage salarial. Voyons ensemble comment et pourquoi.

Les avantages du portage selon les cadres

Les deux principales raisons pour lesquelles les salariés cadres plébiscitent le portage salarial sont la protection sociale et financière – à près de 57 % – et l’absence de gestion administrative – à 54 % – selon le rapport de l’Apec et du PEPS. Ces deux avantages sont une réponse directe aux principaux freins qui découragent les cadres de se lancer à leur compte.

Parmi eux, beaucoup redoutent en effet la perte des avantages du salariat. Il faut dire que le statut de salarié permet de bénéficier d’un système de protection complet (sécurité sociale, assurance responsabilité civile, cotisation retraite, etc) que n’offre pas le statut de freelance ou auto-entrepreneur. Conserver ces avantages par le biais du portage salarial semble être un point essentiel pour les cadres qui seraient ainsi plus enclins à sauter le pas.

Même chose pour la gestion administrative, qui a tendance à refroidir la volonté de travailler en indépendant. Beaucoup des personnes intéressées par l’auto-entreprenariat ne se sentent pas d’assurer cette gestion fastidieuse. Ces derniers préfèrent donc une forme de travail où les activités de gestion sont assurées par un service tiers, plus compétent. C’est pour cette raison que le travail en portage salarial est plébiscité par les cadres à 54 %.

Parmi les autres principaux avantages, on peut lister :

  • la possibilité de choisir librement ses missions, plébiscité à 39 %
  • la création d’entreprise sans s’enregistrer comme travailleur indépendant, à 34 %
  • Ou encore, la possibilité de bénéficier d’un accompagnement pour développer son projet professionnel, à 21 %.

Une transition ou une solution face au chômage.

54 % des salariés cadres envisagent le portage salarial comme la solution à laquelle ils auraient recours en cas de licenciement économique ou période sans activité professionnelle. En somme, c’est une solution fortement envisagée face à une réinsertion brutale sur le marché du travail.

40 % d’entre eux, y voit une opportunité de faire la transition entre le salariat et l’exercice de leur activité en indépendant. Ces cadres affirment considérer le portage salarial comme une activité ”en complément d’un emploi salarié en vue de s’y projeter à 100 %”. En comparaison, seuls 33 % l’envisagent comme un complément de revenu. Cela montre bien que la tendance auprès des cadres est également à la transition vers le travail en indépendant.

Portage salarial : une forme d’emploi bien ancrée chez les cadres

Le portage salarial bénéficie d’une bonne notoriété auprès des cadres. 67 % d’entre eux déclarent en avoir une bonne image. Qu’ils recherchent davantage d’autonomie professionnelle ou subissent des ruptures dans leur parcours, les salariés sont tentés par cette forme d’emploi. Ils y voient une forme de travail à part entière qui sera amené à encore grandir dans les années à venir.

Animés par une volonté d’être pleinement maître de leur vie professionnelle, de leur temps, et de leur organisation au quotidien, les cadres ont une bonne opinion du portage.

Cet avis favorable concerne le portage salarial…lorsque celui-ci n’est pas subit ! En effet, les cadres les plus âgés sont très marqués par l’idée que le portage salarial est avant tout une réponse à la difficulté de s’insérer sur le marché du salariat classique. Mais quelle que soit leur vision, cette forme d’emploi semble répondre à la fois à un besoin de sécurité d’emploi et financière, mais également à un besoin de liberté professionnelle pour les cadres.

Newsletter