01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h
01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h

Premier rapport de branche sur le portage salarial : un marché en pleine croissance

Publié le Wednesday, October 7, 2020 par Emily McLaren

Il aura fallu du temps pour que le portage salarial, un format d’activité né il y a maintenant plus de 30 ans, soit considéré comme un secteur à part entière. Son cadre légal, par exemple, a surtout évolué ces dix dernières années. Il se dote aussi aujourd’hui de son premier rapport de branche, où il en ressort une constatation sans équivoque : le portage salarial va bien.

branche-portage-salarial-marche-croissance

Tous les indicateurs au vert

Ce rapport de branche a été établi par la Faabrick Cherdet, un cabinet de conseil spécialisé dans les formes d’activité alternatives. Réalisé conjointement avec les partenaires sociaux à partir de données fournies par l’INSEE, le texte doit ainsi « fournir des informations fiables » sur ce secteur et assister les décisionnaires dans son pilotage.

Les chiffres présentés portent sur la période 2015-2018, et ne tiennent donc pas compte des récents évènements induits par la crise sanitaire.

Le rapport délivre ainsi un message positif : le secteur du portage salarial va bien. En 2018, il aura représenté environ 32 800 salariés, plus de 300 entreprises de portage salarial (EPS), ainsi qu’un chiffre d’affaires de l’ordre du milliard d’euros (977 millions d’euros plus exactement).

Et tous les indicateurs sont au vert quant à l’évolution récente de la branche. Le chiffre d’affaires du portage salarial a presque doublé en quatre ans (576 millions d’euros en 2015), et le nombre de salariés comme la rémunération moyenne ne cessent de grimper. La rémunération brute a ainsi affiché une hausse de 21 % entre 2015 et 2016, s’établissant à un tarif horaire de 32,1 euros.

Les hauts salaires en forte hausse
Les salariés portés gagnant plus de 40 000 euros bruts annuels sont de mieux en mieux représentés. Leur part a augmenté de 30 % sur un an.

Le constat est également positif du côté du chiffre d’affaires cumulé des entreprises. Celui-ci a grimpé de 24 % entre 2016 et 2017, et de nouveau de 13 % entre 2017 et 2018.

Le profil des entreprises et des salariés

En plus de confirmer la bonne santé du secteur, ce rapport donne également des informations complémentaires permettant d’en dresser le profil actuel, ou de mieux en comprendre les tendances. Certains chiffres sont logiques. Par exemple :

  • 95 % des mises en réseau des salariés sont réalisées par des entreprises de portage salarial.
  • De la même façon, l’Île-de-France reste de loin le plus important foyer de la branche, puisqu’elle recense à elle seule une EPS sur deux et 40 % des salariés portés.

D’autres, en revanche, sont véritablement instructifs :

  • Le salarié porté est plutôt un homme (40 % de femmes) employé en CDD (56 %) et en milieu de carrière (moyenne d’âge de 46 ans).
  • Les salariés portés de moins de 30 ans ne représentent que 11 % des effectifs.

Si le CDD reste majoritaire, il faut également souligner que la proportion de CDI se fait de plus en plus importante : sur un an, celle-ci est passée de 35 à 44 %. De plus, en 2016, 72 % des salariés portés étaient des cadres.

Enfin, seule petite ombre au tableau : un peu plus d’un tiers (37 %) des salariés portés sont déclarés à temps complet, ce qui reste néanmoins davantage que les 28 % d’individus déclarés à temps partiel. On notera enfin que, le plus souvent, ces salariés ne sont présents dans leur entreprise de portage que pour une durée relativement courte : en 2016, 39 % des personnes concernées y étaient inscrites depuis moins d‘un an. Seuls 36 % y restent pour une durée de plus de deux ans.

Les entreprises de portage salarial sont quant à elles d’une taille moyenne. La très grande majorité (91 %) est des PME de moins de 250 salariés. Mais dans le même temps, 73 % d’entre elles réalisent un chiffre d’affaires compris entre 2 et 10 millions d’euros.

Le portage salarial, une branche essentiellement de services Parmi les tendances confirmées, le portage salarial maintient sa prédisposition aux activités de services. Les trois activités les mieux représentées dans le secteur sont les prestations informatiques, la formation et la gestion de projets.

Le rôle des entreprises de portage salarial mis en exergue

Le rapport de la Faabrick Cherdet est enfin l’occasion de mettre en avant le rôle joué par les sociétés de portage et l’importance de bien choisir son entreprise de portage. Si le texte souligne leur nombre sans cesse croissant et un chiffre d’affaires qui augmente, il pointe également les différents services qu’elles assurent auprès des salariés.

Il évoque ce qu’il nomme les « 4 grands piliers de l’offre de services » :

  • L’accompagnement personnalisé du salarié ;
  • L’aide à la gestion administrative ;
  • La gestion des frais professionnels ;
  • Le recouvrement des factures.

Ces quatre services sont ainsi proposés par 85 % des sociétés. Par ailleurs, les ¾ des EPS proposent une formation individuelle ou collective dans leur parcours d’accueil. De la même façon, près des deux tiers (62 %) d’entre elles fournissent une aide à la recherche de missions. À cela, il faut ajouter que la plupart des EPS sont multisectorielles : 90 % d’entre elles établissent leur activité dans au moins 3 domaines différents.

Le texte confirme finalement le rôle des entreprises de portage dans le secteur du dialogue social. Alors que les deux tiers des répondants disent être membres d’une organisation patronale, c’est également le cas pour 94 % des entreprises de portage salarial, et la moitié d’entre elles disposent d’instances représentatives du personnel, ou IRP.

Cette étude réalisée par la Faabrick Cherdet étant la première dans le secteur du portage salarial, cela fait d’elle un rapport aux enseignements particulièrement précieux. Sur la période 2015-2018, il souligne une croissance témoignant d’un goût de plus en plus prononcé pour cette forme d’activité. Mais il pointe également le rôle joué par les EPS dans l’accompagnement des salariés. Aujourd’hui, tous les domaines d’activité sont toutefois bouleversés par la crise sanitaire : il reste donc à voir comment le portage salarial a pu tirer son épingle du jeu.

Emily McLaren

Chef de projet marketing & communication d’Ad’missions au sein du groupe Freelance.com, ce poste m’a ouvert l’esprit sur les nouvelles manières de travailler et de s’épanouir dans sa vie professionnelle autant que personnelle. La rencontre avec de nombreux talents et experts au sein du groupe me permet d’avoir une vision interne du monde du portage salarial et du freelancing pour étudier et mettre en avant les nouveautés et bienfaits de ce statut au profit de tous.

Ajouter un commentaire