Comment faire un bon Brainstorming ?

Mis à jour le mardi 22 novembre 2022
Publié le lundi 21 novembre 2022 par Manon Mathiot

Idéal pour fédérer une équipe autour d’un projet, et pour faire émerger de nouvelles idées, le brainstorming est un travail bien plus exigeant qu’il n’y paraît. Pour pouvoir profiter de tous les intérêts d’un tel exercice, il est alors nécessaire de le préparer en amont. Voici alors tous nos conseils pour faire un bon brainstorming

groupe qui brainstorme

Qu’est-ce que le brainstorming ? 

Le brainstorming, qu’on peut traduire littéralement par « remue-méninges », est un exercice créatif réalisé en équipe. L’objectif est de miser sur le collectif pour réfléchir ensemble sur un sujet précis ou un projet à venir. L’intérêt est d’alors pouvoir confronter les idées, et alimenter et développer ensemble les nouvelles propositions.

Un brainstorming peut alors porter sur différentes problématiques, comme une nouvelle offre, un problème de management, ou encore l’optimisation des process d’une entreprise ou d’un service.

Les participants doivent alors laisser libre cours à leur imagination, et faire part de leurs idées, bonnes ou moins bonnes, à leurs collaborateurs, pour explorer de nouvelles voies.

Historiquement, cette technique créative nous vient du secteur de la publicité, et plus précisément d’Alex Osborn, le vice-président de l’agence de publicité BBDO, à New-York, à la fin des années 30.

Comment exploiter tous les potentiels du brainstorming ?

Dans l’imaginaire, pour faire un brainstorming, il suffit de donner un mot ou un thème, pour que tout le monde balance ce qui lui vient à l’esprit. Dans les faits, l’organisation d’un brainstorming doit être bien plus complexe et structurée si on veut obtenir un résultat exploitable.

Définir l’objectif du brainstorming

Pour que tous les collaborateurs travaillent ensemble sur un même projet, il est essentiel que tout le monde ait une connaissance précise des attentes de l’organisateur. Le manager doit alors poser un cadre dès le départ, en rappelant aux participants ce qui les réunit, et ce qu’on attend d’eux à la fin du brainstorming.

Le manager doit alors rappeler le problème que l’on va aborder, le sujet exact, et l’intérêt de trouver une solution à ce problème. Il est donc primordial d’utiliser une formulation des plus précises de la problématique et des attentes, afin que tout le monde comprenne la même chose, et qu’il n’y ait pas de confusion.

Par ailleurs, il est aussi important de donner des limites à la réflexion. Avoir un cadre précis permet de ne pas faire de hors-sujet et de fixer l’attention des collaborateurs sur le problème, et rien d’autre.

Limiter le nombre de participants au brainstorming

Un brainstorming efficace se base sur le partage d’idées et d’expertises. Il faut donc un minimum de participants pour que l’exercice porte ses fruits. En revanche, un trop grand nombre de collaborateurs peut nuire à la qualité des échanges.

Pour que chacun puisse s’exprimer librement, et que les idées apportées soient suffisantes, il est alors recommandé de convier entre 4 et 10 personnes à ce groupe de travail.

Le nombre de participants dépend aussi de la configuration des lieux de travail, mais aussi du temps imparti. Il est inutile de convier 10 personnes si vous n’avez prévu qu’une heure de briefing, car tout le monde ne pourra pas s’exprimer. Par ailleurs, un brainstorming trop court peut inciter les gens à vouloir prendre la parole au plus vite, au risque de créer un brouhaha incompréhensible et contre-productif.

Varier les profils des participants

Au-delà du nombre de participants conviés au brainstorming, ce qui est important est surtout la diversité des profils. L’objectif est d’obtenir des idées nouvelles et originales, il est donc judicieux de faire appel à des expertises et des caractères variés, qui auront des réflexions et des approches différentes, et peut-être complémentaires.

L’animateur du brainstorming peut, par exemple, inviter des cadres et des non-cadres, pour avoir deux points de vue différents. Il est même envisageable de faire appel à des professionnels externes à l’entreprise, comme des partenaires de confiance.

Plus les profils seront diversifiés, plus les échanges seront riches et fructueux.

Établir les règles du brainstorming dès le départ

Pour qu’un brainstorming se déroule correctement, il est indispensable d’instaurer quelques règles. Alors, après avoir énoncé les objectifs et les enjeux du brainstorming, les animateurs doivent rappeler ces règles qui détermineront la qualité des échanges :

  • Laisser chacun s’exprimer librement, sans interrompre, et en attendant son tour pour la prise de parole ;
  • Ne pas critiquer ou juger l’intervention et les idées des autres, et rester bienveillant ;
  • S’impliquer dans la réflexion, en pratiquant l’écoute active ;
  • Ne pas hésiter à formuler toutes ses idées, les bonnes, comme celles qui paraissent moins bonnes ;
  • Coopérer et travailler en cohésion pour alimenter les idées des autres ;
  • Respecter le temps imparti de la séance…

Laisser la créativité s’exprimer

Lors des échanges, la spontanéité est de mise et chacun doit pouvoir faire part de ses idées aux autres sans contrainte. C’est phase de production d’idées, qu’on appelle idéation, doit être mené par un animateur ou un modérateur, externe ou interne à l’entreprise. Celui-ci anime le débat, modère les propos, synthétise les idées, pour guider les collaborateurs dans leurs réflexions.

Durant cette phase d’idéation, il est conseillé de prendre des notes, pour rassembler les nouvelles idées, ne pas les oublier, et faire un lien entre elles.

Faire une synthèse et évaluer la solution proposée

Au terme du brainstorming, l’équipe doit s’assurer d’avoir répondu à la problématique. Pour cela, la phase créative se poursuit par une phase où les participants sélectionnent les meilleures idées et proposent une solution.

La synthèse du brainstorming est alors effectuée en groupe, et après validation, la mise en place de la solution peut avoir lieu.

L’initiateur du brainstorming se charge alors, après quelque temps de mise en application, de présenter un bilan, validant ou non l’efficacité du brainstorming et des propositions recueillies. Ces résultats sont alors partagés à l’ensemble des collaborateurs ayant pris part à l’exercice.

En tant que consultant en portage salarial, vous devez organiser une séance de brainstorming pour une entreprise qui souhaite trouver des solutions innovantes sur une thématique précise ? Vous avez désormais les clés pour réussir ce travail misant sur l’intelligence collective.

Manon Mathiot

En tant que Responsable Marketing Ad’missions au sein du Groupe Freelance.com, ce poste m’a ouvert l’esprit à de nouvelles façons de travailler et a enrichi ma vie professionnelle et personnelle. Développer une vision interne du monde du portage salarial et du travail indépendant en rencontrant de nombreux talents et experts au sein du groupe, en recherchant et en mettant en avant la nouveauté et les avantages de ce statut au profit de tous.

Ajouter un commentaire