• Accueil /
  • Blog /
  • Outils /
  • Comment travailler de façon écoresponsable pour diminuer son empreinte carbone numérique /

Comment travailler de façon écoresponsable pour diminuer son empreinte carbone numérique

Publié le Wednesday, December 29, 2021 par Anne-Fleur Carabin

Bien qu’invisible à l’œil nu, notre consommation quotidienne d’outils numériques laisse une empreinte carbone bien réelle. Estimée à environ 5% des émissions de CO2, l’empreinte carbone numérique est croissante et commence à interroger les travailleurs du Web sur leur façon de travailler de manière écoresponsable.

Les heures de recherche passées sur internet, l’utilisation des logiciels en ligne, les visioconférences à distance ou encore le traitement très régulier des mails sont des tâches courantes qui génèrent une consommation d’énergie très importante.

A l’heure où les questions écologiques ne sont plus contournables, les entreprises et les freelances qui exercent leur activité essentiellement en ligne peuvent mettre en place des gestes écoresponsables pour maîtriser voire diminuer significativement leur empreinte carbone numérique.

De la suppression des mails au choix du moteur de recherche écoresponsable en passant par le recyclage, de nombreux gestes peuvent contribuer à réduire l’empreinte carbone numérique à court/moyen terme.

Comment travailler de manière écoresponsable ? Voyons quels sont les gestes éco responsables à mettre en place.

Comment limiter l'empreinte carbone numérique

Le traitement des e-mails : un facteur énergivore

Le traitement des e-mails est un facteur énergivore important de l’activité numérique. Si le nettoyage des e-mails reçus et des spams permet de diminuer l’empreinte carbone numérique, d’autres gestes éco responsables sont parfois oubliés.

Favoriser les appels téléphoniques pour diminuer l’envoi d’e-mails

Le stockage des e-mails est une pratique très énergivore mais c’est surtout la rédaction et l’envoi des mails qui contribuent à une empreinte carbone numérique élevée. 

En effet, l’écriture et l’envoi d’e-mails seraient parmi les gestes numériques les plus énergivores c’est pourquoi l’un des meilleurs gestes écoresponsables est de privilégier les appels téléphoniques lorsque cela est possible de même que de diminuer le nombre de destinataire en copie des mails.

Alléger le poids et le format des e-mails envoyés

Le format du mail a un rôle important car le format texte est beaucoup moins lourd que le format HTML.

En outre, les e-mails les plus énergivores sont ceux contenant des signatures graphiques, des images ou des logos par exemple ainsi que ceux contenant des pièces jointes.

A titre d’exemple, un e-mail de spam pèse environ 0,3 grammes ; un e-mail sans pièce jointe 4 grammes et un e-mail avec une pièce jointe de 1 MB pèse environ 11 grammes. Un e-mail peut peser jusqu’à 50 grammes s’il est long et contient des pièces jointes.

Plusieurs alternatives s’offrent aux utilisateurs du numérique pour diminuer ces impacts. Il est par exemple possible de substituer les images et/ou logos par des liens qui renvoient directement à une carte de visite en ligne. 

De même, l’envoi de pièces jointes peut facilement être remplacé par la transmission de documents sur des plateformes de partage telles que WeTransfer ou Dropbox par exemple.

La contribution écologique de la signature électronique

La signature électronique a fait son apparition il y a déjà quelques années suivant le mouvement de dématérialisation de nombreuses procédures. Elle est aujourd’hui adoptée par beaucoup d’entreprises de toute taille car elle permet de signer informatiquement un document et d’en garder une copie authentique.

Les documents dont la signature est électronique ont une valeur juridique sûre.

En digitalisant les processus, la signature électronique permet de consommer beaucoup moins de papier puisque les envois par voie postale ne sont plus nécessaires.

Utiliser un moteur de recherche écoresponsable

L’utilisation des moteurs de recherche génère des émissions de CO2 importantes.

Environ 94% des internautes français utilisent le moteur de recherche Google sans savoir qu’il existe des moteurs de recherche écoresponsables.

D’autres moteurs de recherche à la fois éthiques à l’égard des utilisateurs et visant à diminuer l’impact carbone numérique des utilisateurs existent tels que :

Qwant : moteur de recherche européen hébergé et conçu en France qui protège la liberté des utilisateurs et favorise une empreinte carbone numérique faible.

DuckDuckGo : moteur éthique qui vise à respecter la vie privée des utilisateurs en ne collectant pas les informations personnelles. 

Ecosia : moteur de recherche qui ambitionne la reforestation grâce aux revenus publicitaires.

Lilo: moteur de recherche dont les revenus publicitaires sont reversés aux initiatives que les internautes souhaitent financer.

Ecogine : moteur de recherche associatif dont les revenus publicitaires sont redistribués à des associations à but environnemental.

Utiliser des serveurs green

La question de l’hébergeur se pose lorsque l’on souhaite réaliser un site internet pour son activité tout en respectant l’environnement. 

Les hébergements dits “ vert ” ou “ serveurs green ” gagnent en popularité en raison de leur installation qui minimise l’impact sur l’environnement.

En effet, les serveurs green ont plusieurs impacts positifs sur l’environnement puisqu’ils permettent de diminuer significativement la consommation électrique et donc l’émission de gaz à effet de serre.

Matériel et équipement : les bons réflexes écologiques

Certains gestes quotidiens simples permettent de réduire simplement les effets polluants d’une activité professionnelle. 

Qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de petites structures telles que des micro-entreprises, certains gestes de base font une vraie différence.

Limiter les impressions des e-mails et autres documents ; utiliser du papier recyclé ou encore utiliser des cartouches recyclables ont un impact positif visible à court/moyen terme. 

De même, éteindre le matériel de travail tel que l’ordinateur, l’imprimante, scanner etc, pendant les pauses prolongées et en fin de journée permettent de réaliser des économies d’énergie significatives.

Le potentiel écologique des espaces de coworking

Les espaces de coworking connaissent une popularité croissante car ils mettent à la disposition de travailleurs indépendants des espaces de travail partagés parfaitement équipés (internet, tv, wifi, matériel informatique à disposition, impressions etc).

Les espaces de coworking favorisent la création d’un réseau social et professionnel de qualité puisque les travailleurs indépendants peuvent interagir dans un espace privilégié. 

Au-delà de cet atout, ces espaces de travail collectifs sont aussi une façon très efficace d’optimiser la consommation de ressources et d’énergie puisque la connexion internet y est partagée. Les coworking permettent d’éviter le gaspillage et de réduire les déchets. De même, la consommation d’électricité est diminuée puisque les espaces de travail et les espaces de pause sont partagés.

Travailler de façon écoresponsable est donc possible même lorsque l’essentiel d’une activité professionnelle est réalisée en ligne. Si certains bons réflexes permettent de voir rapidement les résultats positifs des gestes écologiques, les lieux d’exercice d’une activité jouent aussi un rôle important c’est pourquoi les espaces de travail partagés participent pleinement aux objectifs de développement durable.

Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire