Freelance : se faire connaître grâce au networking

Mis à jour le Friday, November 5, 2021

La vie de freelance fait rêver de nombreuses personnes souhaitant quitter le monde de l’entreprise pour enfin jouir d’une totale liberté dans leur organisation du travail. Mais la vie de freelance n’est pas un long fleuve tranquille.

Ainsi, tout entrepreneur qui débute est confronté aux craintes de voler de ses propres ailes, sans filet de sécurité. Dès le lancement de son activité de freelance, les doutes arrivent et les questions affluent. Comment trouver des clients ? De quelle manière procéder pour se faire connaître ? Où trouver des informations ou des conseils sur le métier ?

C’est pourquoi le freelance doit s’intéresser au networking.

Des personnes discutant dans un cadre professionnel

Définition

Le networking est un anglicisme qui peut tout à fait être traduit par le terme de réseautage. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une méthode permettant à un freelance de se constituer un réseau de relations professionnelles. Les objectifs du networking peuvent être pluriels, comme :

  • se faire connaître ou faire reconnaître son expertise ;
  • développer sa visibilité sur Internet ;
  • échanger des informations, bons plans, astuces, etc. entre professionnels ;
  • élargir son champ d’expertise ;
  • trouver des conseils auprès d’indépendants ;
  • participer à des évènements professionnels (salons, visioconférences, conférences, formations, etc.) ;
  • décrocher des contrats auprès de clients ;
  • développer des partenariats ou des échanges de services « gagnants-gagnants » ;
  • etc.

Le réseautage pour le freelance consiste également à ne pas rester seul, l’isolement étant une des difficultés principales rencontrées pour nombre d’indépendants, et parfois mal vécue.

Le networking est donc indispensable pour la plupart des entrepreneurs. Mais il s’agit d’une activité qui peut vite devenir chronophage sans pour autant conclure à des résultats significatifs sans la bonne approche. Car savoir réseauter est tout un art, c’est bien pour cela qu’il s’agit avant tout d’une méthode.

FAQ

Tout freelance qui débute son activité se retrouve confronté aux mêmes questions en matière de networking. Nous vous proposons ici des réponses aux principales interrogations en plus de nos conseils pour aider tout un chacun à se créer un réseau professionnel de qualité.

Le networking est une perte de temps, vrai ou faux ?

Contrairement aux idées reçues au sujet du networking, passer des heures sur Internet dans l’objectif de se connecter à un maximum de personnes possibles ou pour intégrer un grand nombre de groupes professionnels ne constitue pas une stratégie efficace.

En effet, il faut bien comprendre que l’intérêt du networking est basé sur l’échange, et de fait, cela implique que les relations créées sont à entretenir sur le plus ou moins long terme. C’est pourquoi il n’est pas judicieux de choisir des profils sans rapport avec son métier, ou tout du moins dénués d’un quelconque centre d’intérêt en commun. Se connecter juste pour afficher un grand nombre de relations ne rapporte rien.

Sur le même principe, il faut bien avoir conscience que plus le nombre de relations augmente, plus le temps de réseautage est important, du moins si l’on souhaite bien faire les choses. Pour répondre à la question de savoir si le networking est une perte de temps, nous répondons oui et non.

Il s’agit effectivement d’une perte de temps sans réels avantages s’il est mal préparé, voire une entrave au développement de l’activité. À contrario, le temps investi dans le réseautage, car cela demande en effet un peu de temps et de patience, peut vite être rentabilisé avec une bonne stratégie.

Quelle stratégie de networking mettre en place ?

Le networking n’est ni plus ni moins qu’une opération de communication ou de marketing. C’est pourquoi il est indispensable de définir ses objectifs pour ensuite élaborer le plan qui permettra de les atteindre. Voici quelques questions pertinentes à se poser pour définir ses objectifs et la stratégie efficace.

  1. Quels sont les bénéfices attendus (visibilité, nouveaux clients, conseils pratiques, etc.) ?
  2. Quel est l’objectif carrière recherché par le networking ?
  3. Quels sont les centres d’intérêt concernés ou le contenu recherché (métier, gestion d’entreprise, visibilité en ligne, etc.) ?
  4. Quels sont les objectifs à court, moyen et long terme ?
  5. Quel est le message ou contenu à diffuser ?
  6. Quels sont les profils qui répondent aux bénéfices attendus ?
  7. Sur quel réseau trouver la cible ?
  8. Qu’est-ce qui fonctionne ou non aujourd’hui dans le réseau en place ?
  9. Quel est le temps disponible pour le réseautage ?

Chacune des réponses à ces questions doit permettre de mettre en place une stratégie adaptée et de choisir les réseaux sociaux les plus adéquats. Nous conseillons vivement aux indépendants de s’assurer que chaque action répond à au moins un des objectifs définis. Si ce n’est pas le cas, cette action n’apportera aucun gain réel et sera une perte de temps.

Quels sont les outils du networking ?

Comme nous le disions, le networking est une technique de marketing, le but de la démarche se résumant à faire la publicité de ses produits, services ou prestations intellectuelles et de se faire connaître. Aussi, les seules limites du freelance en matière de networking sont le résultat de son manque d’imagination.

En effet, de nombreux outils et supports existent (site internet, blog, vidéo, podcast, référencement naturel ou payant, outils de suivi de la visibilité, etc.). Mais résumons les outils classiques à utiliser pour son networking :

  • le networking personnel physique, tous les lieux d’échanges du quotidien peuvent permettre une prise de contact professionnelle (activité sportive, vie associative, réseau personnel avec les amis et la famille, etc.) ;
  • le réseautage professionnel physique, comme les salons, conférences, foires, portes ouvertes, formations, etc. ;
  • le networking virtuel, très à la mode, notamment par les réseaux sociaux, tels que Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn, Instagram, Tik Tok, YouTube, etc. ;
  • les réseaux spécialisés physiques ou virtuels, comme les communautés ou forums techniques en ligne.

Bien évidemment, les outils de communication classiques sont indispensables. La création d’un site vitrine ou d’un blog est la base (selon l’activité exercée), le portfolio remplace désormais le CV et les cartes de visite sont à avoir en permanence sur soi.

Qu’est-ce que le planning de publication et est-il indispensable ?

Comme son nom l’indique, le planning de publication concerne la programmation du contenu en ligne. Il peut s’agir de la publication sur le site internet ou le blog dédié à l’activité professionnelle du freelance ou bien d’un plan pour booster ou entretenir sa visibilité sur les réseaux sociaux.

Le planning consiste à définir la fréquence de publication sur tous les réseaux sociaux utilisés par le freelance ou pour chaque média distinct. En outre, il vise à déterminer en amont le type de contenu à publier, voire la liste détaillée des sujets abordés pour chaque post. Certains indépendants choisissent également de rédiger leur contenu en avance pour une période donnée (le mois à venir par exemple) afin de programmer la publication automatique de leur contenu à la date et à l’heure souhaitée. L’intérêt de cette stratégie est d’entretenir les échanges avec son réseau sans y consacrer trop de temps et d’optimiser sa visibilité même si le freelance n’est pas disponible aux heures d’affluence.

Le planning de publication n’est en soi pas indispensable, mais il peut permettre de maintenir une régularité dans l’activité en ligne. Dans tous les cas, s’astreindre à publier impérativement un contenu sur LinkedIn, par exemple, alors que l’on n’a rien à dire n’est pas nécessairement la bonne stratégie. Parler pour ne rien dire peut avoir les effets inverses.

Exemple : LinkedIn, un réseau social professionnel performant

Faire du networking sur Internet peut représenter une solution efficace si le projet est bien mené et surtout, si l’activité du freelance s’y prête. En effet, certains indépendants ont plus d’intérêts à développer leur réseau physique (commerçant ou artisan de proximité par exemple).

S’il y a bien un réseau social incontournable sur le web, c’est LinkedIn, pour la simple et bonne raison qu’il est à vocation professionnelle. LinkedIn réunit plus de 774 millions de profils, dont 22 millions en France et environ 840 000 entreprises. Voici quelques données supplémentaires intéressantes dans le cadre du networking :

  • 40 millions de personnes par semaine utilisent LinkedIn pour chercher un emploi ;
  • 81 candidatures sont envoyées toutes les secondes, soit 210 millions sur un mois ;
  • 6 000 personnes par jour trouvent un emploi ou un contrat de mission ;
  • 20 millions d’offres d’emploi en moyenne sont présentes sur la plateforme ;
  • le contenu de formation visionné chaque semaine représente 1 million d’heures ;
  • 38 000 compétences sont répertoriées.

Néanmoins, quelques bonnes pratiques sont indispensables pour être visible sur LinkedIn.

Parlons tout d’abord de la qualité du profil du freelance. Celui-ci doit être bien complété : une photo de l’indépendant (nette, bien cadrée et professionnelle), une présentation courte et précise devant donner envie d’en savoir plus, un intitulé métier original, mais évocateur, un parcours professionnel et scolaire détaillé, éventuellement des recommandations d’anciens employeurs ou clients, etc.

Ensuite, le freelance doit être actif pour être visible. Pour cela, nul besoin de publier du contenu tous les jours, mais une publication régulière et pertinente est à privilégier. La visibilité du freelance passe également par ses « like » de post, ses réponses aux publications de son réseau, le partage de la publication de ses contacts, etc.

Enfin, LinkedIn permet aux professionnels de rejoindre des groupes ou des communautés de membres en fonction de leur secteur d’activité, de leur centre d’intérêt ou de leur localisation géographique. Ces groupes facilitent la mise en réseau de personnes mues par les mêmes motivations ou objectifs.

Je note cette page
noter