Le portage salarial, le trait d’union entre le salariat et l’indépendance

Publié le Friday, July 23, 2021 par Anne-Fleur Carabin

“ Le profil des ‘‘portés’’ a beaucoup évolué et s’est rajeuni. “ confiait Anne-Fleur Carabin, Directrice générale chez AD’Missions.

Chaque société de portage propose de bénéficier des avantages du salariat classique tout en étant indépendant. Chez Ad’missions, nous tâchons d’offrir à nos consultants portés le meilleur du portage salarial avec nos différents services. L’objectif étant de créer une dynamique de groupe en s’appuyant sur l’expertise et le réseau de chaque salarié porté.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir l’entretien croisé entre Anne-Fleur Carabin et Hélène Fraysse, Déléguée générale du PEP’S (syndicat des entreprises du portage salarial).

Personnes qui discutent autour d'un café

D’où vient le portage salarial, et comment s’est il inscrit dans notre code du travail ?

Hélène F : Le portage salarial est apparu à la fin des années 70 dans le Jura : un groupe de cadres senior crée une association pour prendre en charge leurs salaires. Cet outil va se développer dans les années 80, notamment dans le domaine du management de transition et de la formation. Mais dans ces années-là, l’ANPE bloque sur l’indemnisation chômage. Il faudra en réalité attendre 2008 pour que le portage salarial soit inscrit dans le code du travail. À partir de là, les pouvoirs publics demandent à l’ensemble des acteurs de la profession de s’entendre sur un cadre commun : ce seront les accords de 2010, permettant la 1ère circulaire autorisant l’indemnisation chômage par l’UNEDIC en 2011. En 2012 est créé le PEP’S, qui lance l’OPPS, l’observatoire paritaire du portage salarial. Cette dynamique va porter ses fruits : ordonnance de 2015 qui aboutit ensuite à l’établissement de la convention collective en 2017.

Anne-Fleur C : En 1978 est créé Valor, la première société de portage salarial qui va rejoindre le groupe Freelance.com en 2016. Nous avons été pionnier, et nous souhaitons rester pionnier, notamment avec ad’missions, pour promouvoir ce statut hybride salarié-indépendant, qui est une conquête sociale pour les freelances. A ce titre, le rapport Frouin de 2020 qui devait statuer sur l’intérêt ou non de créer un statut spécifique pour les travailleurs des plateformes numériques se prononce sur l’utilisation du portage salarial, considérant que le portage salarial répond largement à ce besoin d’un statut hybride pour les indépendants. Si les chauffeurs d’Uber ou les livreurs de deliveroo veulent être salariés : ils doivent pouvoir l’être.

Le portage salarial est-il réservé aux cadres ?

Hélène F : C’est dans son ADN. Il a été inventé par des cadres pour des cadres, notamment pour ceux que l’on appelle aujourd’hui les « managers de transition ». C’était le statut idéal pour accompagner les cadres dans une « deuxième vie » professionnelle de consultant. En réalité, il s’adresse à une cible plus large de travailleurs indépendants exerçant un métier à forte valeur ajoutée dans les prestations intellectuelles, et qui sont pleinement autonomes : ils choisissent eux-mêmes leurs clients et décident de leur rémunération. C’est d’ailleurs ce qui
le distingue de l’intérim.

Anne-Fleur C : Le profil des « portés » a beaucoup évolué et s’est notamment rajeuni, avec un âge moyen aujourd’hui de 44 ans. On observe deux tendances lourdes : la montée en puissance des profils tech, et le fait que les jeunes soient de plus en plus attirés par le freelancing. Ce sont eux qui ont le plus besoin d’un bulletin de salaire pour pouvoir emprunter, se loger… Sinon, comme Hélène le rappelait et comme le montre l’étude Ifop, cela reste un statut qui correspond parfaitement aux cadres souhaitant se reconvertir ou préférant des missions de manager de transition à des CDI classiques.

LE PORTAGE SALARIAL PEUT-IL ÊTRE UN OUTIL DE GESTION RH POUR LES GRANDES ENTREPRISES ? AU-DELÀ DU STATUT, QU’EST QU’UNE ENTREPRISE DE PORTAGE SALARIAL APPORTE AU SALARIÉ PORTÉ ? COMMENT MIEUX FAIRE CONNAÎTRE LE PORTAGE SALARIAL ?

Pour découvrir l’intégralité de l’entretien croisé entre Hélène Fraysse et Anne-Fleur Carabin et notamment ces trois dernières questions, n’hésitez pas à télécharger gratuitement le Yearbook des change makers.

Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire