Comparatif des couts pour un consultant : ESN VS portage salarial VS micro entrepreneur

Publié le Tuesday, June 1, 2021 par Anne-Fleur Carabin

C’est un fait, le modèle du salariat s’essouffle au profit du travail indépendant. Ces dernières années, la création d’entreprise a connu une augmentation fulgurante. Un constat d’autant plus visible dans certains secteurs d’activité dont celui de l’informatique.

Aussi, les consultants salariés, en qualité de développeurs, consultants IT (technologie de l’information) et autres experts, font de plus en plus le choix de l’indépendance.

Les avantages sont en effet nombreux pour les consultants indépendants parmi lesquels, la liberté d’organiser son travail mais aussi une hausse conséquente de la rémunération estimée à 50% supérieure à la rémunération d’un consultant salarié.

Les consultants salariés exercent le plus souvent au sein d’une ESN (Entreprises de Services du Numérique) anciennement appelées SSII (Société de Services en Ingénierie Informatique)

Bien que les premiers arguments en faveur de l’indépendance des consultants informatiques soient convaincants, certains hésitent encore à sauter le pas, ne sachant pas quelle structure juridique sera la plus favorable financièrement pour l’exercice de leur activité indépendante.

Aussi, plusieurs options s’offrent au consultant IT pour l’exercice de son activité dont notamment celle de la micro-entreprise ou encore celle du portage salarial.

Alors, quelles sont les différences de coûts selon que le consultant IT exerce en qualité de salarié au sein d’une ESN ou en tant qu’indépendant dans le cadre d’une entreprise de portage salarial ou d’une micro-entreprise ? Décryptage.

un consultant souriant au téléphone, entouré d'écrans

Être consultant IT salarié au sein d’une ESN

Bien que les ESN (Entreprises de Services du Numérique) soient en perte de vitesse, elles possèdent toujours une place stratégique sur le marché de l’informatique.

En effet, les ESN sont des entreprises dont l’objectif est de trouver et de développer des solutions informatiques et numériques pour les entreprises. Du développement d’un projet informatique à la création de logiciels en passant par le conseil et la formation, les missions des ESN sont vastes et doivent s’adapter aux besoins des clients.

Face à une demande en constante évolution, les ESN offrent leurs services par le biais de leurs équipes d’experts, constituées de consultants informatiques salariés. Les consultants sont envoyés dans différentes entreprises, selon les missions qui leur sont attribuées.

Les coûts et la rémunération du consultant salarié IT d’une ESN

Les consultants IT salariés d’ESN sont soumis à la convention collective du Syntec. Selon le classement de convention collective, les consultants sont catégorisés en deux profils : les ETAM (Employé Technicien Agent de Maîtrise) et les IC (Ingénieurs et Cadres).

A cette classification s’ajoutent les positions, le coefficient et la valeur du point prévus par la convention collective afin de déterminer le salaire minimum brut d’un consultant IT salarié.

  • A titre d’exemple, un salarié ETAM débutant (position 1.1, coefficient 230) perçoit un salaire minimum de 1 558,80 euros brut mensuel.
  • Un salarié ETAM plus expérimenté (position 3.3, coefficient 500) perçoit un salaire minimum de 2 355,80 brut mensuel.
  • Un salarié CADRE expérimenté (position 3.3, coefficient 270, valeur du point 20,53) perçoit un salaire minimum de 5 543,10 brut mensuel.

C’est sur la base de la grille des salaires prévue par la convention collective que les ESN déterminent les salaires.

Pour être rentables, les ESN doivent réaliser en moyenne une marge de 20% à 50% entre la facturation client et le coût du salarié. Par conséquent, le salaire du consultant n’est pas toujours à la hauteur de son expertise puisqu’il est avant tout déterminé par la marge revenant à l’ESN sur la base du salaire minimum imposé par la convention collective.

Être consultant IT dans le cadre du portage salarial

Certains consultants IT ayant choisi d’exercer en tant qu’indépendant, optent pour le portage salarial.

Ce choix est motivé par le fonctionnement avantageux du dispositif du portage salarial qui permet aux consultants portés de préserver leur indépendance au sein d’un cadre sécurisé. Contrairement au statut de salarié au sein d’une ESN, le consultant porté fixe lui-même ses tarifs.

Deux contrats sont mis en place dans le cadre du dispositif du portage salarial.

  1. Le premier contrat est un contrat de travail entre la société de portage salarial et le salarié porté.
  2. Le deuxième contrat est un contrat commercial entre le salarié porté et son client.

L’entreprise de portage salarial intervient pour prendre en charge la gestion comptable et administrative de l’activité du consultant IT :

  • elle gère le compte d’activité du salarié porté ;
  • elle fournit l’attestation auprès des organismes sociaux et fiscaux ;
  • elle gère le versement de la rémunération au salarié porté ;
  • elle veille au respect de la législation sociale relative aux embauches (médecine du travail, déclaration d’embauche etc).

Les coûts et la rémunération du consultant IT porté

L’entreprise de portage salarial prélève environ 10 % du chiffre d’affaires du consultant au titre de la gestion administrative et comptable de l’activité. Un taux visiblement inférieur au pourcentage moyen retenu par les ESN.

Le consultant porté perçoit ensuite les honoraires sous formes de salaires après déduction des charges patronales et salariales. Les charges salariales représentent environ 22% et les charges patronales 54 %.

Être consultant IT au sein d’une micro-entreprise

Le consultant IT peut choisir d’exercer son activité indépendante dans le cadre du régime de la micro-entreprise.
Le régime de la micro-entreprise permet au consultant indépendant de créer son activité rapidement car les formalités sont simplifiées. Les formalités de gestion de l’activité, administratives et comptables sont également simplifiées puisque les obligations du micro-entrepreneur se limitent à la tenue d’un livret de recettes et des dépenses.

Enfin, les cotisations sociales et l’impôt sur le revenu sont calculés sur la base du chiffre d’affaires.
Le régime de la micro-entreprise peut cependant rapidement rencontrer ses limites lorsque l’activité du consultant grandit trop vite, ce qui est souvent le cas pour les consultants IT.

En effet, rappelons que les seuils de chiffre d’affaires à ne pas dépasser pour être soumis au régime de la micro-entreprise sont les suivants :

ActivitéPlafond régime  Plafond franchise de TVA
Prestation de service 72 500€34 400€
Biens176 200€85 800€

Les coûts et la rémunération du consultant IT

Le micro-entrepreneur est libre de fixer ses tarifs en tenant compte des charges sociales et fiscales de la micro-entreprise.

En effet, les taux de cotisations sociales dépendent de l’activité exercée (achat-vente, prestations de service, profession libérale). Les consultants IT en micro-entreprise sont soumis à la catégorie “Autres prestations de services commerciales ou artisanales ” dont le taux est de 22%.

De même, l’impôt sur le revenu se fonde sur un abattement forfaitaire sur le chiffre d’affaires de 34% pour les activités relevant des bénéfices non commerciaux (BNC). Le bénéfice imposable est alors de 66% du chiffre d’affaires. Dans tous les cas, un abattement minimum de 305 € est applicable.

Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire