Construire un business plan quand on est indépendant

Publié le Monday, May 10, 2021 par Anne-Fleur Carabin

Le business plan est souvent assimilé à tort à des projets d’entreprise nécessitant la mobilisation de ressources financières importantes, alors qu’en réalité tout entrepreneur peut établir un business plan pour préparer sa création d’entreprise.

Le business plan ou “plan d’affaires” en français, constitue le support écrit d’un projet d’entreprise. Il met en avant le projet dans sa globalité, en explicitant d’une part les intérêts et les opportunités du projet, d’autre part les moyens pour parvenir à sa réalisation.

Le business plan est un outil précieux pour les entrepreneurs dont le projet nécessite l’adhésion d’investisseurs. Il a en effet pour objectif de donner une visibilité au projet en renseignant sur son réalisme et sa rentabilité future.

Les freelances peuvent aussi réaliser un business plan pour préparer la création de leur activité dans le cadre d’une micro-entreprise ou d’une société (EURL, SASU, SAS, SARL), afin d’avoir une feuille de route fiable du développement de leur activité.

Qu’il soit destiné à des interlocuteurs déterminants pour l’aboutissement d’un projet (investisseurs, banques, fournisseurs, partenaires etc) ou qu’il soit prévu pour l’usage exclusif du freelance, le business plan doit être pertinent pour être efficace.

Voyons quelles sont les étapes clés d’un business plan réussi lorsqu’on est indépendant.

image d'un business plan avec des luettes et un stylo

Construire un business plan en restant logique

La logique est le mot d’ordre du business plan. Il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences poussées pour réaliser un business plan de qualité en revanche il est primordial de savoir répondre aux questions suivantes :

  • Comment définir le projet du business plan ?
  • Quels sont les objectifs à atteindre ?
  • Comment les objectifs peuvent-ils être atteints ?

Ces premiers questionnements donnent un socle précieux pour commencer la rédaction d’un business plan car ils donnent du sens aux étapes concrètes à suivre.

En effet, le business plan doit aborder 5 thématiques incontournables à savoir :

  1. Présentation du projet
  2. Etude de marché
  3. Présentation des prestations, services et produits proposés
  4. Présentation de la stratégie
  5. Les données financières

Rédiger un business plan en restant simple

La simplicité est le deuxième mot d’ordre du business plan qui doit avant toute chose refléter une certaine clarté.

Un business plan convaincant pour ses interlocuteurs doit être fluide et limpide.

Ces caractéristiques s’appliquent aussi au business plan du freelance qui pourra s’appuyer sur un plan clair pour suivre et développer son activité.

Peu importe l’envergure du projet, le business plan a pour objectif de clarifier la complexité d’un projet afin de le rendre réalisable.

Le business plan est, en somme, un subtil équilibre entre l’expertise du porteur de projet et la vulgarisation du projet.

Aussi la rédaction du business plan devrait tenir compte des critères principaux suivants :

  • Utiliser des termes simples pour expliciter un jargon technique
  • Sélectionner les informations techniques pertinentes et indispensables pour la compréhension du business plan
  • Structurer le business plan afin que le déroulement de la lecture soit logique
  • Insérer les visuels nécessaires à la compréhension du projet
  • Soigner l’orthographe et le style rédactionnel.

Construire un business plan pas à pas

Certaines étapes phares sont incontournables pour bâtir un business plan de qualité. En effet, la lisibilité est le critère majeur pour un business plan réussi.

D’autres éléments peuvent être détaillés en dehors de ceux que nous allons exposer, toutefois, il est important de toujours s’interroger sur la pertinence d’une information, afin de ne pas alourdir le business plan inutilement.

Etape n°1 : Soigner la présentation globale du projet

La présentation du projet est une étape importante car elle donne le ton du projet. Elle doit donc être particulièrement soignée afin de donner envie au lecteur d’en savoir plus. Elle peut être divisée en 3 parties :

➔   Partie Executive summary

Il s’agit de la présentation globale du projet. Cette partie doit donc être synthétique et mettre en avant les principaux intérêts du projet. Un executive summary bien rédigé suscite l’intérêt du lecteur.

➔   Partie sur les fondateurs

Cette partie présente les porteurs du projet c’est-à-dire l’équipe du projet. A l’image d’un Cv, la présentation des fondateurs met en lumière le parcours professionnel de ces derniers et leurs expériences en lien avec le projet qu’ils présentent. La complémentarité des compétences respectives des fondateurs doit aussi être mise en valeur.

➔   Partie sur les origines du projet

Comment l’idée de ce projet est-elle née ? Quelles sont les motivations des fondateurs du projet ? Quels sont les objectifs fixés par les porteurs du projet ? Autant de questions qui doivent être exposées dans cette partie afin de faire une présentation globale du projet et renforcer l’intérêt des interlocuteurs.

Etape n°2 : déblayer la partie économique du projet

Cette étape comporte plusieurs parties qui permettent de positionner le projet sur le marché face à la concurrence.

Voici les différentes parties économiques du business plan :

1. La présentation du ou des produits et services qui seront proposés

2. La présentation du modèle économique :

Aussi, appelée “ business model  », cette partie permet de décrire comment le projet gagnera de l’argent. Concrètement il s’agit de déterminer :

  • Quel est le produit ou le service proposé
  • La valeur ajoutée de ces produits/services par rapport à la concurrence
  • La cible de clientèle
  • Les moyens à mettre en oeuvre
  • Les principales dépenses et recettes générées par l’activité

3. Les résultats de l’étude de marché :

L’étude de marché permet de  :

  • Connaître les grandes tendances du marché
  • Connaître les acheteurs et les consommateurs (Besoins, profils, habitudes/comportements etc)
  • Connaître les concurrents (Nombre, localisation, services proposés et prix etc)
  • Connaître l’environnement de mon marché (Le cadre réglementaire et législatif, l’environnement social, économique, politique et écologique)
  • Connaître les limites et les atouts du marché (Quelle est la valeur ajoutée du projet ? Quelles sont les opportunités et les menaces éventuelles ? Que faut-il posséder et détenir pour réussir sur le marché etc)
  • D’évaluer les chances de réussite du projet au regard de la concurrence

4. La stratégie commerciale

Il s’agit ici de savoir quelle méthode est retenue pour s’insérer sur le marché et développer l’activité (politique de produit, de prix, de distribution et de communication).

5. L’estimation du chiffre d’affaires prévisionnel

L’estimation du chiffre d’affaires (CA) prévisionnel peut être fixée selon les prix de vente et l’évaluation du nombre de prospects en estimant le volume de consommation de ces derniers.

Le CA prévisionnel peut être résumé par la formule : prix de vente unitaire fixé x nombre de ventes prévues.

L’estimation du CA prévisionnel concerne généralement le CA des 3 premières années d’exercice.

6. Les moyens à mettre en œuvre pour réaliser les prévisions :

Quels seront les équipements nécessaires au fonctionnement du projet ? Les effectifs et les autres moyens nécessaires à l’activité ?

Etape n°3 : Traduire la partie économique en termes financiers

Cette partie peut effrayer plus d’un entrepreneur car elle semble faire appel à des compétences comptables pointues. Même si l’intervention d’un expert-comptable peut s’avérer nécessaire selon l’ampleur du projet, il est possible de réaliser soi-même cette partie du business plan à condition d’avoir réalisé en amont les recherches permettant de renseigner les étapes suivantes :

➔   Le tableau des investissements et le plan de financement

Le tableau d’investissement donne une visibilité sur le prix des achats des investissements et la durée envisagée pour leur amortissement.

Ce tableau permet ensuite d’établir le plan dit de “ financement ” qui indique les capitaux nécessaires au lancement du projet.

➔   Estimation de la trésorerie et du seuil de rentabilité

L’estimation de la trésorerie est un argument de poids face à de potentiels investisseurs car elle permet d’anticiper comment le projet peut répondre à ses engagements financiers sur le long terme.

De même, estimer le seuil de rentabilité permet de déterminer à partir de quel chiffre d’affaires l’entreprise peut couvrir la totalité de ses charges.

➔   Le tableau des annuités de crédit

Lorsque le projet nécessite un emprunt à moyen ou long terme, le business plan précise le tableau de remboursement d’emprunt envisagé en tenant compte des autres informations du plan.

Etape n°4 : Justifier le choix de la structure juridique

Le choix du statut juridique de l’entreprise dans laquelle se déroule le projet aura différents impacts concernant les régimes fiscaux et sociaux applicables.

Le business plan doit donc expliciter le choix de la structure juridique en précisant la répartition du capital ainsi que les pouvoirs des dirigeants (fondateurs).

Le business plan permet d’anticiper les problématiques qui peuvent se poser durant la réalisation du projet et donne de la cohérence au déroulement du projet.

Si les étapes sont suivies progressivement, le business plan peut être réalisé efficacement et permet au porteur du projet et à ses interlocuteurs de se lancer dans la concrétisation du projet.

Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire