Freelance et bilan de compétences

Mis à jour le Thursday, November 18, 2021

Parce que la vie est une succession d’expériences (professionnelles et personnelles) et d’apprentissages, toute personne développe en permanence ses compétences, parfois même sans s’en rendre compte. Ainsi, une expérience comme trésorier ou secrétaire dans une association, ou encore un rôle de conseiller municipal sont autant d’expériences n’entrant pas dans le cadre professionnel alors qu’elles sont riches d’enseignement

Et parfois, les personnes peuvent tout simplement ressentir le besoin de faire un point sur leur carrière pour ensuite décider de leur devenir professionnel.

En tant que freelance, le bilan de compétences peut représenter un outil intéressant pour le développement de l’activité. Il serait alors dommage de s’en priver. Faisons le point sur ce qu’est le bilan de compétences et ses intérêts pour un indépendant.

Réaliser son bilan de compétences

Définition

Le bilan de compétences est un outil permettant de faire le point sur ses connaissances à un moment donné de son parcours professionnel. Réorientation professionnelle, recherche d’emploi ou d’une formation, évolution de carrière, le bilan de compétences permet à toute personne d’évoluer.

Pour une personne souhaitant devenir freelance, il lui permet alors de s’assurer de posséder les compétences indispensables à l’activité visée et, le cas échéant, de trouver une formation permettant de combler ses lacunes. Rappelons qu’un indépendant doit posséder un ensemble de compétences connexes à son cœur de métier, comme la facturation, la communication ou le marketing, la relation commerciale, etc. De plus, le bilan de compétences permet de bien cerner le projet d’entrepreneuriat et de définir les différentes actions à réaliser. En d’autres termes, il s’agit d’un outil d’introspection et de projection permettant de débuter son activité sur des bases saines, gage de réussite.

En outre, lorsque le bilan de compétence est associé à la VAE (Validation des acquis par l’expérience), il permet au freelance de rassurer ses clients sur son niveau de compétences.

Néanmoins, sa mise en œuvre est règlementée. Il ne peut être réalisé que par des organismes habilités afin d’assurer la qualité et la fiabilité du bilan. La durée du bilan de compétences est de maximum 24 heures réparties sur plusieurs semaines.

FAQ

Réservé à sa création aux salariés du secteur public et privé, aux demandeurs d’emploi et à certaines catégories de personnes, le bilan de compétences est désormais accessible aux indépendants et gérants d’entreprise. Il faut dire que ces derniers représentent près de 3,2 millions de Français. Nous répondons ici à toutes les questions que pourrait se poser un freelance sur le bilan de compétences.

Comment se déroule un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences doit être réalisé par un organisme habilité. Il se déroule obligatoirement en trois étapes plus ou moins longues selon la nature des actions conduites et des besoins du freelance. Les conditions d’organisation sont définies entre le partenaire certifié et le freelance.

  1. La phase préliminaire a pour objectif de confirmer l’engagement du freelance dans sa démarche et de définir précisément ses besoins et objectifs. Fort de cet échange, l’organisme peut alors définir les étapes de déroulement du bilan, le niveau d’accompagnement nécessaire ainsi que les méthodes et outils à mettre en œuvre.
  2. La phase d’investigation constitue l’étape d’introspection. Durant ce travail de réflexion, le freelance est invité à analyser ses motivations et ses intérêts professionnels et personnels. L’accompagnement permet d’identifier les compétences et aptitudes (personnelles et professionnelles) afin d’évaluer ses connaissances générales. Enfin, cette introspection permet de déterminer les possibilités en matière d’activité ou de formation à suivre pour la réussite du projet d’entrepreneuriat.
  3. La phase de conclusion se réalise par un ou plusieurs entretiens personnalisés dont les objectifs sont de prendre connaissance des résultats détaillés de la phase d’investigation, de recenser les « forces et faiblesses » du freelance et de prévoir les formations nécessaires.

Par son intérêt sur l’activité future du freelance, le bilan de compétences doit être mené sérieusement. Outre les temps de travail au sein de l’organisme habilité, l’indépendant doit également s’assurer d’avoir le temps nécessaire pour poursuivre l’investigation sur son temps personnel.

Où faire un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences doit obligatoirement être réalisé par un organisme certifié et extérieur à l’entreprise lorsqu’il concerne des salariés. En effet, les résultats du bilan sont confidentiels, l’employeur n’y a aucun droit d’accès.

Bon à savoir pour les freelances à la recherche d’un centre compétent, tous les prestataires financés à l’aide de fonds publics ou de fonds mutualisés sont certifiés sur des critères définis par décret au Conseil d’État. Il s’agit là d’un gage de qualité et de sérieux dans la mise en œuvre de l’accompagnement.

Nous conseillons vivement aux indépendants de s’adresser directement à leur organisme de financement de formation afin d’obtenir la liste des centres de bilan de compétences présents dans leur région ou département. En outre, cela permet au freelance de s’assurer de la prise en charge du financement du bilan de compétences.

Comment financer son bilan de compétences ?

Dans la majorité des cas, faire un bilan de compétences lorsque l’on est indépendant est une démarche gratuite, du moins, elle peut être financée par certains organismes ou dispositifs.

  1. Le CPF (compte personnel de formation) permet désormais à toute personne, salariée ou non, d’assurer sa formation à hauteur des droits cumulés durant leur période d’activité professionnelle. Le bilan de compétences dans un centre agréé fait partie des dispositifs finançables par le CPF. Si les droits cumulés par le freelance ne sont pas suffisants pour un financement intégral, le CPF peut être complété par un financement complémentaire.
  2. Le financement par Pôle emploi est accessible aux freelances inscrits comme demandeurs d’emploi, qu’ils perçoivent ou non des allocations au titre de l’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE). Ainsi, ils bénéficient de l’aide individuelle de formation (AIF) en complément d’un autre dispositif de financement partiel ou sur la totalité du bilan de compétences. Il suffit de prendre contact avec son conseiller Pôle emploi.
  3. Le financement du bilan de compétences par le FAF, fonds d’assurance formation, s’adresse tout particulièrement au freelance non-salarié, TNS, puisqu’il est inscrit à l’URSSAF et paie les cotisations de la contribution à la formation professionnelle (CFP). Le FAF de rattachement dépend du secteur d’activité du freelance : le FIFPL pour les professions libérales, l’AGEFICE pour les activités commerciales, industrielles ou prestations de service et le FAFCEA pour les professions artisanales.
  4. Le financement par l’entreprise est une possibilité offerte au freelance qui a choisi de créer une société commerciale de laquelle il est gérant assimilé salarié, comme la SASU. En effet, le statut d’assimilé salarié lui ouvre les mêmes droits que ceux d’un salarié d’entreprise « classique », excepté le droit au chômage. Ainsi le freelance peut financer ses formations professionnelles au titre du plan de formation de son entreprise via l’OPCO dont il dépend (opérateur de compétences, anciennement OPCA, organisme paritaire collecteur agréé).

Exemple : trame d’une synthèse de bilan de compétences

La mise en œuvre d’une démarche de bilan de compétences peut sembler nébuleuse pour tout freelance non initié. Sachant que celle-ci requiert une grande disponibilité, il est préférable d’effectuer un prétravail d’introspection en amont et en autodidacte. L’avantage est double : se préparer aux questions d’investigation et gagner du temps pour approfondir certains points plus spécifiques lors de l’accompagnement. Voici un exemple de trame de base permettant aux indépendants de dresser une première ébauche de leur réflexion.

Le contexte du bilan de compétences vise à définir :

  • les circonstances qui mènent le freelance à vouloir faire un bilan de compétences ;
  • les attentes de l’indépendant par rapport au bilan ;
  • l’historique du parcours professionnel détaillé (activités et missions) et des choix d’orientation.

Une fois le « passif » rédigé, il convient de définir son projet professionnel, c’est-à-dire :

  • le ou les métiers ou fonctions visés ;
  • les motivations et intérêts personnels et professionnels du freelance pour le projet ;
  • les démarches déjà réalisées dans le cadre du projet et leurs résultats (idées explorées retenues, abandonnées, à approfondir, etc.).

La confrontation des expériences passées et du projet à venir permet de réaliser l’inventaire des compétences :

  • les compétences détenues en lien direct avec le projet (le cœur du métier et les activités annexes) ;
  • les compétences à acquérir ou à approfondir pour la réussite du projet professionnel ;
  • les facteurs susceptibles d’aider le freelance dans son projet, ses « forces » (savoir-être, ressources, etc.) ;
  • les facteurs susceptibles de freiner le freelance dans son projet, ses « faiblesses » (contraintes personnelles, impératifs, lacunes, manque de ressources, etc.).

Fort de son travail d’introspection, le freelance peut aboutir lui-même à ses propres conclusions, c’est-à-dire au plan d’action à mettre en place pour atteindre son objectif professionnel. Une fois parvenu à cette étape, il est légitime que le freelance pense avoir trouvé les réponses à ses questions et que, finalement, il n’ait plus besoin de faire un bilan de compétences.

Insistons sur le fait que l’accompagnement dans cette démarche est réalisé par un professionnel. Ainsi, celui-ci peut aider le freelance à approfondir davantage sa réflexion sur des points auxquels l’indépendant n’a pas pensé. En effet, un regard extérieur et neutre est une aide non négligeable pour prendre de la hauteur vis-à-vis du projet ou de sa situation.

Enfin, le professionnel connaît parfaitement les formations existantes, les centres reconnus pour leur sérieux et les moyens de financement possibles, ce qui peut constituer un précieux gain de temps et d’énergie pour le freelance.

Je note cette page
noter