Quel statut pour travailler à la retraite ?

Mis à jour le mercredi 22 novembre 2023
4.5/5 (22 votes)

Le départ à la retraite n’est pas toujours synonyme de fin de carrière, et certains jeunes retraités souhaitent reprendre une activité. Que ce soit pour compléter une pension de retraite, ou pour le plaisir d’exercer un métier passion, plusieurs statuts sont possibles pour cumuler emploi et retraite. Voyons dans les détails quels sont les statuts pour travailler à la retraite.

couple de retraités choisissent statut retraite

Zoom sur le cumul emploi-retraite

Le cumul emploi-retraite (CER) n’est pas vraiment un statut, mais plutôt un dispositif qui permet de cumuler des revenus de la retraite et des revenus issus d’une activité professionnelle. Il existe alors deux façons de profiter du CER :

  • En cumul intégral : pour les retraités qui bénéficient de leur retraite à taux plein, le cumul intégral n’impose aucune limite de revenus ;
  • En cumul plafonné : si le retraité n’a pas sa pension complète (il a atteint l’âge légal de départ à la retraite, mais n’a pas validé tous ses trimestres, par exemple), alors le cumul de la retraite et des revenus professionnels sont plafonnés à 160 % du SMIC maximum.

Cumuler emploi et retraite permet alors d’augmenter les revenus globaux du jeune retraité, mais aussi de rester actif, et d’avoir une vie sociale et professionnelle épanouissante. Par ailleurs, cela permet aussi de se constituer une nouvelle retraite complémentaire, grâce aux cotisations pour une caisse de retraite.

En revanche, il faut bien tenir compte des impacts fiscaux d’un tel choix, car le taux de fiscalité peut être plus élevé lors d’un cumul. C’est le cas également des cotisations sociales. Enfin, selon la situation, le montant de la pension de retraite peut être abaissé. Avant de se lancer, il est donc conseillé de se renseigner auprès de la caisse de retraite.

Les différentes possibilités de statut pour travailler à la retraite

Si vous décidez de reprendre une activité après votre départ à la retraite, sachez que vous avez le choix entre 3 statuts différents.

Le statut de salarié retraité : définition, avantages et inconvénients

Un retraité qui souhaite reprendre le chemin du travail peut choisir le statut confortable de salarié. Il a alors l’avantage de profiter d’une protection sociale, et il continue de cotiser pour sa retraite complémentaire. Le salariat est souvent rassurant, car il assure un contrat stable, à durée définie ou non, et donc des revenus stables.

En revanche, ce statut de salarié peut présenter quelques inconvénients, et le premier concerne, bien sûr, la difficulté à trouver un emploi. Malgré les nombreuses aides à l’embauche de senior, les employeurs rechignent encore souvent à embaucher des retraités.

Par ailleurs, un contrat de salarié est généralement peu flexible, et la charge de travail peut parfois être très conséquente pour une personne âgée.

Le statut d’auto-entrepreneur : définition, avantages et inconvénients

Si un senior à la retraite souhaite reprendre une activité professionnelle, il peut également faire le choix de l’auto-entrepreneuriat. Le statut d’auto-entrepreneur lui permet alors de percevoir ses droits à la retraite, tout en percevant des revenus liés à son activité.

L’avantage majeur d’un tel statut pour le retraité, c’est qu’il profite d’une simplification des formalités administratives, et un allègement des charges sociales et fiscales. En effet, la démarche est peu coûteuse et facile, et les charges sont calculées en fonction du chiffre d’affaires. Ainsi, si le retraité génère peu de chiffre d’affaires, ses charges seront faibles.

Enfin, l’auto-entrepreneuriat permet de conserver une certaine liberté, de pouvoir choisir ses tarifs et de gérer l’activité à sa guise.

Cependant, les auto-entrepreneurs, retraités ou non, sont soumis à un plafond de chiffre d’affaires.

Le portage salarial : définition, avantages et inconvénients

Le portage salarial représente un compromis intéressant entre le salariat et l’auto-entrepreneuriat. Ce statut particulier permet à une personne retraitée de travailler en toute autonomie, tout en profitant du statut de salarié. Le consultant retraité est alors le salarié d’une entreprise de portage salarial, et travaille pour ses propres clients.

L’avantage principal d’une telle solution, c’est que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la société de portage salarial. Le retraité est donc soulagé de ces contraintes, et peut se consacrer pleinement à son métier. Mais le porté salarié profite aussi du statut de salarié, avec tous les avantages que cela suppose (couverture sociale, protection sociale, congés payés, formation professionnelle…).

Le retraité peut alors fixer lui-même ses tarifs, travailler avec la clientèle de son choix et sélectionner ses missions, ce qui représente une situation très confortable après une longue carrière.

Cependant, il faut également tenir compte des contraintes du portage salarial pour le retraité. Ainsi, chaque mois, une commission sur son chiffre d’affaires est prélevée par l’entreprise de portage, mais ses revenus dépendent également entièrement de sa capacité à trouver des clients. Enfin, certains métiers ne peuvent pas être exercés en portage salarial (professions réglementées, comme médecin, architecte, artisan, agent immobilier, notaire, infirmier…).

 

Cumul emploi-retraite : comment choisir le bon statut ?

Le choix du statut juridique du retraité qui veut reprendre un travail dépend de plusieurs critères qui lui sont propres :

  • Les revenus qu’il espère avoir ;
  • La nature de son activité professionnelle ;
  • La volonté et la capacité à gérer des formalités administratives ;
  • Le calcul des charges sociales et fiscales ;
  • Les garanties sociales attendues ;
  • Les responsabilités engagées par le professionnel ;
  • Les objectifs d’épanouissement personnel (temps partiel, horaires flexibles…) ;
  • Les objectifs professionnels (plaisir, évolution…) ;
  • Les envies et les centres d’intérêts ;
  • Le niveau d’implication dans le futur travail.

En effet, le statut juridique idéal ne sera pas le même pour un retraité qui n’a pas d’autres choix que de continuer à travailler pour vivre et compléter une petite retraite, que pour un retraité qui conserve une activité pour le plaisir. De la même manière, le choix sera différent selon le métier exercé et selon les contraintes de la personne.

Vous êtes jeune retraité et vous aimeriez reprendre une activité professionnelle ? Quelles que soient vos motivations, le portage salarial représente une alternative intéressante pour conserver une belle flexibilité, tout en profitant d’un statut sécurisant et rassurant.

Je note cette page
noter