Zoom sur l’entrepreneuriat féminin

Mis à jour le Monday, November 29, 2021
Publié le Thursday, November 25, 2021 par Anne-Fleur Carabin

Bien que les chiffres soient encourageants, le nombre d’hommes entrepreneurs reste supérieur à celui des femmes.

En France, si les politiques tendent vers plus d’égalité entre les hommes et les femmes, un domaine reste encore très médiocre : celui de l’égalité salariale.

Ce constat, propre à l’univers salarial, se répercute dans l’univers entrepreneurial. Les femmes sont en effet plus souvent discriminées que les hommes lorsqu’elles se lancent dans l’entrepreneuriat. Des raisons culturelles, sociologiques et sociétales expliquent aisément pourquoi la place de la femme dans l’entrepreneuriat s’est souvent faite discrète.

Pourtant, les femmes s’intéressent depuis longtemps à l’entrepreneuriat mais seule une minorité d’entre-elles s’autorisent à tenter l’aventure.

Ces dernières années, la progression de l’entrepreneuriat féminin s’affirme. Un phénomène qui se confirme au cœur de la crise sanitaire. L’entrepreneuriat n’est plus l’apanage exclusif des hommes. Dans l’univers de l’auto-entrepreneuriat, les nouveaux freelances sont aussi vecteurs d’égalité.

Si la parité n’est pas encore atteinte, les chiffres sont prometteurs révélant une augmentation très significative des créatrices d’entreprises puisqu’en 2020, 4 créateurs d’entreprises individuelles sur 10 étaient des femmes.

Voyons dans cet article ce qu’est l’entrepreneuriat féminin et quelles sont les causes de son ascension ? 

3femmes entrepreneures discutent de nouvelles idées business

Entrepreneuriat féminin versus entrepreneuriat masculin : pourquoi fait-on une différence ?

Si certains critiquent parfois l’opposition faite entre entrepreneuriat féminin et entrepreneuriat masculin, la distinction est pourtant opportune. 

L’entrepreneuriat féminin s’entend comme les projets entrepreneuriaux portés et développés par les femmes.

L’histoire de l’entrepreneuriat féminin regorge de conditionnements et de limites étrangers à l’entrepreneuriat masculin. 

Certains chiffres ne mentent pas et mettent en évidence l’absence des femmes dans des secteurs socialement réservés aux hommes. 

Les domaines du bâtiment, des biens et des équipements sont, en effet, des secteurs encore majoritairement masculin. En 2019, les femmes ne représentent que 7,7% des dirigeants d’entreprise dans le domaine du bâtiment. Le constat est similaire concernant le secteur du pétrole, de la maintenance, des équipements de sport ou encore dans la tech

Aujourd’hui en France, l’entrepreneuriat feminin gagne progressivement du terrain et représente 40 % du nombre total des entrepreneurs. 

On observe 10% des entreprises innovantes et de la Tech créées et gérées par des femmes.

Par ailleurs, 73% de ces entreprises sont pérennes après 3 ans d’activité. 

Lutter contre les freins à l’entrepreneuriat féminin 

L’entrepreneuriat féminin est ralenti par plusieurs causes spécifiques auxquelles les hommes sont rarement confrontés .

Aussi, les femmes subissent certaines situations discriminantes qui peuvent être fatales pour la réalisation d’un projet entrepreneurial. L’exemple du taux de rejet de crédit bancaire est très parlant car il représente 4,3% pour les femmes, contre 2,3% pour les hommes.

Des chiffres qui révèlent le manque de confiance voire la défiance exprimée envers les femmes porteuses de projet.

Une cause majeure à l’origine de l’abandon de projets d’envergures nécessitant des capitaux.

D’autres raisons d’ordre sociologiques peuvent aussi illustrer les obstacles rencontrés par les femmes entrepreneures. Les contraintes familiales font notamment partie des causes à l’origine de la suspension d’un projet entrepreneurial.

Trouver un équilibre entre la vie professionnelle et familiale suite à une période de maternité par exemple est extrêmement exigeant même si beaucoup de femmes s’y adaptent.

En outre, l’entrepreneuriat a souvent été, dans l’inconscient collectif, un domaine socialement réservé aux hommes suggérant que seule une personnalité masculine peut créer une entreprise et mener un projet entrepreneurial à son terme. Une croyance forte qui a participé au manque de confiance des femmes entrepreneures.

L’entrepreneuriat féminin a connu de nombreux obstacles dont il commence peu à peu à s’affranchir, redonnant confiance aux âmes d’entrepreneures. 

Au-delà de la neutralisation des stéréotypes de tout genre concernant les entrepreneures et leurs projets, l’essor de l’entrepreneuriat féminin tend in fine à rétablir l’égalité hommes-femmes. 

La performance avérée de l’entrepreneuriat féminin

Selon plusieurs études, les femmes entrepreneurs dirigent des entreprises dont les performances sont supérieures aux entreprises dirigées par des hommes.

En effet, les femmes se révèlent être d’excellentes gestionnaires d’ entreprise, y compris en situation de crise. Une observation qui s’explique par les qualités de vigilance et de résilience dont elles savent faire preuve leur permettant de prendre des décisions judicieuses en toutes circonstances. 

Les chiffres révèlent ainsi que les entreprises créées et dirigées par des femmes affichent une rentabilité opérationnelle de 8 % contre 5,7 % pour les entreprises dirigées par des hommes.

L’autre indicateur de performance concerne le risque de défaillance moindre constaté chez les entreprises dirigées par des femmes.

3,1% des TPE dirigées par des femmes étaient défaillantes en 2018 contre 5% de TPE dirigées par des hommes.

Réduire l’écart hommes-femmes dans l’entrepreneuriat 

Conscient de la disparité existante entre hommes et femmes dans le domaine de l’entrepreneuriat, les politiques ont mis en place certaines mesures destinées aux femmes entrepreneures.

D’autres actions, issues d’organismes privés et collaboratifs ont émergé visant à soutenir les femmes et leur projet entrepreneurial.

Les mesures et les organisations visant ces objectifs sont variées. Elles prennent la forme d’aides financières, de réseaux de femmes entrepreneures ou encore d’accompagnements dédiés aux femmes voulant concrétiser leur projet. 

Le but est d’aider les femmes à structurer leur projet en leur donnant les moyens matériels et les savoir-faire nécessaires à l’aboutissement d’un projet. 

Parmi les réseaux et associations destinés à ces objectifs citons entre autres :

  • Le réseau de Business Angels “FemmesBusinessAngels”,
  • Le réseau d’incubateurs et de pépinières d’entreprises innovantes “Les Premières”,
  • Wom’energy : programme d’entrepreneuriat qui est un réseau d’accompagnement mixte composé d’hommes et de femmes engagés pour la création d’emploi en territoire, 
  • L’association Girlz In Web pour celles qui entreprennent dans le numérique,
  • L’association Sista, pour celles qui entreprennent dans dans la Tech. 

Parmi les mesures politiques citons notamment :

  • La « Garantie EGALITE Femmes » (ex FGIF) est le dispositif national dédié aux femmes entrepreneures, 
  • Le prêt d’honneur Initiative France : un prêt d’honneur accordé sans demande de garantie personnelle ni intérêts par le réseau Initiative France, 
  • Les Plans d’action régionaux pour l’entrepreneuriat des femmes (PAR). 

Textes de référence :

  • economie.gouv.fr
  • Étude  » Un nouveau record de créations d’entreprises en 2020 malgré la crise sanitaire » , Insee, février 2021
  • Étude  » La place des femmes dans le paysage de la création d’entreprise » , BPIFrance
Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire