Comment devenir consultant indépendant ?

Mis à jour le Monday, July 26, 2021

Par définition, un consultant est un spécialiste ayant un savoir-faire bien précis dans un domaine particulier. Grand nombre d’entreprises font appel aux services d’un consultant tant son expertise peut leur apporter une plus-value considérable. L’autre spécificité du métier de consultant concerne son autonomie totale de travail. Bien que certains soient salariés d’un cabinet de conseil, ce métier est de plus en plus exercé en solitaire. Une grande partie des consultants exercent de façon indépendante en freelance ou bien en portage salarial.

consultant indépendant en portage salarial

Le métier de consultant indépendant

Avant toute chose, expliquons bien en quoi consiste la profession de consultant. En soumettant son expertise à une société, le consultant expert oriente son travail vers de l’audit, de l’analyse et du conseil. Ces trois compétences se mettent ainsi au service d’un besoin défini afin qu’il puisse y apporter des solutions adéquates et pérennes pour l’entreprise. Les métiers peuvent être variés ; consultant en management, consultant informatique ou consultant marketing, chaque maîtrise d’un métier peut être exploitée et proposée à une société. Rares sont les sociétés qui n’emploient pas de consultant en entreprise individuelle pour leur structure. Plusieurs raisons peuvent amener à faire appel à lui :

  • Restructurer un des pôles de la société.
  • Estimer et réduire les risques.
  • Mettre en place un nouveau logiciel informatique.
  • Augmenter la performance du service commercial.
  • Apaiser les tensions entre collègues en gérant le stress.
  • Anticiper le mal-être au travail.

Les entreprises recrutent généralement un consultant indépendant en externe. Leur regard neuf permet une objectivité complète sur la société et se veut apte à proposer une prestation qualitative. Au final, une incontestable valeur ajoutée sur le long terme est apportée à l’entreprise.

Quel statut choisir en tant que consultant indépendant ?

De nombreux statuts s’offrent à un consultant indépendant lorsqu’il doit choisir mon statut juridique pour démarrer son activité de façon autonome : régime sociétal (entreprise unipersonnelle, individuelle), portage salarial.

En effet, Le terme « freelance » ne constitue pas un statut en tant que tel. Il est facile de s’y perdre car les statuts sont nombreux et n’ont pas le même impact : impôt, couverture sociale, revenus… il est important de prendre en compte ses besoins pour choisir le statut le plus adapté à ma situation.

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE

La micro-entreprise est très en vogue chez les freelances. Ce régime permet d’obtenir une immatriculation gratuitement très rapidement, sous 24h, et d’exercer son activité de freelance en parallèle d’un autre emploi par exemple. Autre avantage non négligeable : le consultant paye ses charges au prorata de son chiffre d’affaires, et bénéficie d’une exonération en franchise de TVA – à condition de ne pas dépasser le plafond de 33200 € pour la prestation intellectuelle -. Cependant il existe quelques désavantages : le chiffre d’affaires est plafonné à 70 000 € au cours de l’année civile. De plus, sa couverture sociale est plus limitée – à moins de souscrire à des assurances complémentaires, pour assurer ses arrières en cas de cessation d’activité.

L’EIRL

Les formalités de création d’une entreprise individuelle (EIRL) sont relativement simples et peu coûteuses, et peuvent être réalisées en ligne. Niveau fiscalité, les bénéfices du freelance seront soumis à l’impôt sur le revenu mais il est possible de changer pour l’impôt sur les sociétés. Niveau responsabilité, ce statut permet d’affecter une partie de son patrimoine à son activité professionnelle, le distinguant ainsi de son patrimoine privé.

SASU

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) est un dérivé de la SAS, formée par un seul associé. En tant que président, le consultant exerce comme travailleur assimilé-salarié : il est donc affilié au régime général de la sécurité sociale ; et sa responsabilité est limitée à la hauteur de ses apports. Ses bénéfices sont soumis par défaut à l’impôt sur les sociétés mais, durant les 5 premières années, il peut choisir l’imposition sur les revenus.

L’EURL

L’entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) est, quant à elle, un dérivé de la SARL. Les démarches administratives sont un peu plus légères que pour une SASU, mais toujours plus coûteuses qu’une EI. Là encore, la responsabilité du consultant est limitée à la hauteur de ses  apports, mais il peut être affilié au régime social des travailleurs indépendants. Il est possible de choisir librement d’être imposé selon l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés, sans contrainte de durée.

Le portage salarial

Le consultant a le choix d’exercer sa profession selon la forme juridique qui lui correspond le mieux. Si certains préfèrent rester sous la coupe d’une société en se faisant embaucher, la plupart d’entre eux souhaitent plutôt s’en affranchir pour travailler de façon indépendante. Quant au statut freelance, il est progressivement délaissé pour le portage salarial, une alternative très intéressante à exploiter. Mi-freelance, mi-salarié, cette solution offre les avantages du salariat sans en subir les contraintes.

Le principe du portage salarial est très simple ; plutôt que régenter son activité entièrement seul, le consultant indépendant bénéficie d’une relation dynamique à trois acteurs : le porté, sois le consultant, l’entreprise cliente à laquelle il vend son expertise, et la société de portage salarial. Cette dernière se chargera d’occuper un rôle d’intermédiaire entre ces deux premiers acteurs.

Via le portage salarial, le consultant indépendant est considéré comme un des salariés de la société de portage salarial. Il profitera d’un grand nombre d’avantages liés à ce statut juridique tout en étant libre d’établir sa propre gestion administrative, comptable et juridique.

Le portage salarial s’intègre aujourd’hui progressivement dans les esprits des travailleurs indépendants. Ce compromis entre le salariat et le statut freelance a en effet tout pour plaire. Meilleur accompagnement, souplesse de travail préservée, accès à des formations ou à un réseau d’experts, cette recette d’emploi dispose de tous les ingrédients nécessaires à la réussite d’un projet professionnel. 

Le fonctionnement du consulting avec une société de portage salarial

Avec le portage salarial, aucun lien de subordination n’est à envisager. En effet, le consultant est lié à la société de portage par le biais d’un contrat de travail, et à son entreprise cliente via un contrat de prestation. Cette alliance avec la société de portage salarial ne fait nullement office de frein à l’indépendance du consultant, bien au contraire. Il peut tenir pleinement les rênes de son activité professionnelle en décidant lui-même de la stratégie à adopter.

Au quotidien, le consultant porté va jouir de cette pleine autonomie via sa gestion du temps ou son lieu de travail. La société de portage elle, intervient en gérant l’ensemble de ses tâches administratives, comptables et juridiques. Des équipes d’experts sont effectivement chargées d’alléger le consultant pour qu’il puisse se consacrer à 100% sur son projet professionnel. À l’instar de tout salarié, la société de portage verse chaque mois un salaire net au porté en s’octroyant une commission sur les revenus qu’il a générés. La réception d’un bulletin de paie est une aubaine pour un consultant indépendant : il peut prétendre à la location ou l’achat d’un logement sans s’exposer aux traditionnels ennuis liés au freelance.

Avec AD’Missions, le cheminement organisationnel d’un consultant est extrêmement simple :

  • Le consultant indépendant détermine et négocie le type d’offres qu’il souhaite réaliser.
  • La société de portage signe un contrat de prestation au nom du consultant, qu’elle aura effectuée en amont avec l’entreprise cliente.
  • Le travailleur indépendant est totalement couvert par la société de portage salarial ; Urssaf, caisse de retraite, mutuelle santé, etc.
  • Chaque prestation achevée fait l’objet d’une facturation puis d’un encaissement qui passent tout d’abord par la société de portage. Elle se charge ensuite de régler une rémunération au consultant.

Pourquoi opter pour le portage salarial ?

On le sait, un travailleur indépendant peut émettre des réserves quant à la signature d’un tel contrat. Rassurons-le, il ne s’agit en aucun cas d’un frein à sa liberté ! On pourrait définir le portage salarial comme du freelance salarié. La liste des avantages est longue, mettons la lumière sur les plus impactant.

  • Une activité totalement autonome : le consultant profite de tous les avantages du freelance tels que sa propre gestion du temps, l’exercice de sa profession en coworking ou à domicile, ainsi que le choix personnel des missions à réaliser. Flexibilité et totale indépendance en somme.
  • Aucune gestion administrative : en déléguant ses tâches souvent chronophages, l’entrepreneur individuel se décharge d’un grand nombre d’heures de labeur. Facturer le client, comptabilité quotidienne ou déclaration des charges sociales, la société de portage s’occupe de tout.
  • Une protection sociale globale : le consultant se voit affilié au régime général des salariés et jouit de leurs mêmes avantages. Un contrat de travail lui sera attribué, tout comme une bonne mutuelle santé qui lui assurera par ailleurs des indemnités journalières en cas d’arrêt maladie. En outre, il pourra disposer de cotisations sociales, des allocations chômage et cotiser à la retraite.
  • L’accès à un réseau professionnel : pour trouver des missions de conseil plus facilement, le porté a accès à un réseau étendu d’experts contribuant à élargir les rencontres professionnelles. Les prospects viendront à lui plus naturellement et rapidement.
  • La force d’un accompagnement suivi : à n’importe quel moment, le consultant indépendant peut faire appel à la réactivité des membres de l’équipe pour trouver réponse à ses questions. Selon la convention collective, il pourra également être rapproché d’un organisme de formation en vue de perfectionner ses qualifications. L’accès à un comité d’entreprise est un autre avantage de taille afin de bénéficier d’un panel de réductions comme n’importe quel salarié.
Je note cette page
noter