01 80 48 70 00 Lun au Ven : 8h30 à 19h
01 80 48 70 00 Lun au Ven : 8h30 à 19h

De quoi est composé le taux journalier moyen d’un consultant indépendant ?

Publié le Tuesday, March 30, 2021 par Emily McLaren

Lorsqu’un consultant lance son activité, la question du TJM se pose très vite. Le Tarif Journalier Moyen représente la rémunération que le consultant facturera à son client par jour de travail. Si, de prime abord, cela semble très agréable de pouvoir fixer son propre tarif, cela peut vite devenir un casse-tête. Sur quoi se baser ? Que prendre en compte ? Voyons quels sont les critères et conseils à prendre en compte pour fixer son TJM en tant que consultant.

Consultant se servant d'une calculatrice

Comment définir son TJM de consultant ? Les critères :

Fixer son TJM n’est jamais chose aisée, et chacun s’appuie souvent sur des arguments qui leur sont propres : le tarif de la concurrence, le niveau d’expertise, l’objectif de rentabilité fixé… Finalement, le choix le plus judicieux serait de se baser sur chacun de ces critères, et même plus.

Quelle est l’expertise du consultant ?

Cela peut sembler évident, mais un consultant expert, exerçant depuis de nombreuses années, n’aura pas les mêmes honoraires qu’un consultant débutant. Il faut que le tarif soit justifiable auprès du client, il est donc important de ne pas chercher à tout prix à concurrencer des professionnels qui n’ont pas la même expérience. Si un consultant très expérimenté, avec une bonne réputation, peut se permettre de définir son TJM à 1 000 € par jour, cela sera moins cohérent, et surtout moins crédible, pour un jeune consultant à compétences égales qui n’a pas encore fait ses preuves.

Rappelons-le, l’expérience n’a d’ailleurs pas forcément de lien avec les compétences. Aussi, un consultant aux domaines d’expertise très avancés pourra ainsi définir un TJM plus élevé qu’un consultant ayant la même ancienneté, mais un niveau d’expertise plus faible.

Enfin, la réputation joue un rôle majeur dans la définition du Taux Journalier Moyen, car de nombreux professionnels seront prêts à investir pour travailler auprès de consultants réputés et fiables.

Quelle est la nature de la mission ?

Selon ses compétences, un consultant doit être capable de moduler son TJM en fonction de la nature des missions qui lui sont confiées. Il doit alors établir un tarif plancher, en dessous duquel il ne descendra pas, mais il doit aussi mettre en place une grille tarifaire au cas par cas. Cela peut, par exemple, prendre en compte :

  • L’urgence de la mission ;
  • Les enjeux de la mission ;
  • La complexité de la mission ;
  • La valeur ajoutée qui sera apportée au client par le consultant (le retour sur investissement) ;
  • Les frais de mission, comme les repas, les achats variés, les déplacements…

Finalement, le client recherche un investissement valable, qui lui rapporte. Il faut donc fixer le TJM en fonction du rapport coût/efficience, pour qu’il soit avantageux pour tout le monde.

A quel client s’adresse-t-on ?

Bien que certains puissent juger cela discriminatoire, fixer son TJM en fonction du client est pourtant très logique. Une grande multinationale n’a, de toute évidence, pas les mêmes moyens qu’une association de quartier, par exemple. La grille tarifaire doit ainsi prendre en compte la taille de l’entreprise cliente, de ses besoins et de ses problématiques. Sans tomber dans des extrêmes, le consultant doit établir un tarif journalier qui s’adaptera au client, tout en garantissant la même qualité de prestation.

Quelle est la durée de la mission ?

Un consultant est souvent amené à réaliser des missions très variées, tant sur la prestation, que sur la durée. Une mission récurrente, sur plusieurs mois, voire plusieurs années, peut être l’occasion de proposer de lisser le TJM à l’avantage du client. Cela reste malgré tout intéressant pour le consultant, qui s’assure une mission très régulière, et donc des revenus réguliers et sûrs, sur une longue période.

À l’inverse, une mission de quelques heures ne s’envisage pas dans la durée, et doit être perçue différemment.

Quels sont les besoins du consultant ?

Enfin, les besoins personnels et professionnels du consultant sont à prendre en compte. Travailler en tant qu’indépendant demande d’anticiper quelques dépenses liées, ou non, à l’activité professionnelle.

  • Les jours ouvrés : l’avantage du freelance, c’est qu’il peut travailler quand il veut. Il doit donc pouvoir estimer la durée de son temps de travail pour chaque mission, et calculer ainsi ses jours ouvrés ;
  • Les « congés payés » : un consultant indépendant ne bénéficie pas de congés payés, dans la mesure où les jours non travaillés sont tout simplement des journées sans revenu. Il faut donc prendre en compte le besoin de repos et de vacances non rémunéré à l’année, et compenser cette « perte » en l’incluant dans le TJM ;
  • Les périodes creuses : un professionnel ne consacre jamais 100 % de son temps à réaliser des tâches rémunérées. Que ce soit l’administratif, la prospection, les temps de trajet, tout doit être pris en compte et inclue dans le calcul du prix à la journée du consultant ;
  • Les charges fixes : un consultant indépendant est soumis à des charges fixes mensuelles, trimestrielles ou annuelles (impôts, charges sociales…) qu’il est important de compter dans son TJM ;
  • Les frais professionnels : quelle que soit l’activité, un consultant est toujours amené à devoir faire des dépenses pour son entreprise. Que ce soit de l’achat de matériel, des abonnements, des formations, des transports… Tout doit être pris en compte dans le TJM.

Comment fixer le prix par jour d’un consultant ? Nos conseils :

Bien que les critères à prendre en compte soient relativement explicites, ce n’est toutefois pas forcément suffisant pour être sûr de fixer le bon tarif journalier moyen pour un consultant. Comment bien estimer sa valeur ? Comment se positionner sur le marché ? Comment justifier son TJM ? Voici quelques conseils.

Ne vous bradez pas

Que vous soyez débutant ou non, rien ne justifie de fixer un TJM trop bas. Et pourtant, c’est l’erreur que commettent de nombreux consultants, surtout débutants. Par peur de ne pas trouver de client, ou par manque de confiance en soi, le professionnel indépendant baisse son tarif, au risque de perdre en crédibilité.

Un TJM trop bas risque, en effet, de donner une image peu valorisante aux clients, qui vont imaginer des prestations bas de gamme. C’est, en revanche, un excellent moyen pour tomber sur des mauvais payeurs peu scrupuleux.

Par ailleurs, en fixant des tarifs trop bas dès le départ, l’augmentation jusqu’à un TJM correct sera d’autant plus difficile à justifier, et laborieuse, surtout auprès des clients récurrents.

Justifiez votre expertise

Avant de fixer un TJM élevé, il faut passer par des étapes obligatoires, et ce, même si vous avez de très bonnes compétences dans votre métier. La première, et la plus essentielle, est de faire vos preuves. Seuls votre réputation, et les retours positifs des clients, vous permettront d’appuyer votre expertise. Aussi, n’hésitez pas à faire valoir votre travail en utilisant des témoignages avantageux, ou en montrant le résultat de missions réussies.

De nombreux professionnels préfèreront s’adresser à un consultant réputé, quitte à y mettre le prix, plutôt qu’à un inconnu. Et même si les compétences et la qualité des prestations sont les mêmes, le client n’en aura aucune preuve pour le second, et préfèrera ne pas prendre de risque.

Fournissez un descriptif complet de vos formations

Que vous établissiez un devis de quelques euros, ou un devis à plusieurs zéros, le client est en droit de demander des détails sur le décompte de la prestation. C’est d’autant plus vrai pour les missions qui s’annoncent déjà difficiles à chiffrer, comme du conseil.

N’hésitez donc pas à fournir un maximum de détails quant à votre facturation, en énonçant les tâches, les durées, et les coûts, afin que le client prenne conscience du travail à effectuer. Cela lui permettra aussi d’avoir une vision claire et précise du projet, propice à une relation de confiance.

Estimez votre temps de travail au plus large

Lors d’une mission, un consultant rencontre inévitablement des imprévus. Que ce soit 10 minutes pour un rendez-vous téléphonique, une heure de déplacement, ou 2 heures de reprise d’un élément pour satisfaire le client, votre temps estimé doit prendre en compte ces aléas.

Car, en réalité, une mission que vous pensez réaliser en 20 heures vous en prend généralement bien plus. Il faut donc voir large, et ne pas hésiter à rajouter quelques heures supplémentaires à votre estimation. Il s’agit ici d’être honnête, et ne pas abuser de la confiance du client, mais de vous assurer une marge de manœuvre en cas d’imprévu.

Informez vous sur la concurrence

Enfin, pour vous donner un ordre d’idée des tarifs à appliquer, n’hésitez pas à vous renseigner sur ce que font vos concurrents. Cela vous donnera une fourchette de prix dans laquelle vous positionner.

Bien qu’il soit parfois compliqué d’obtenir l’information directement auprès des personnes concernées, on retrouve plutôt facilement les honoraires des autres consultants indépendants sur Internet. Vous pouvez ainsi vous rendre sur les plateformes de freelance, ou allez sur les différents sites professionnels de plusieurs concurrents. Sachez toutefois garder à l’esprit que sur la toile, nous retrouvons de tout, et il faut savoir reconnaître les consultants qui exagèrent, ou au contraire, fixent un TJM bien trop bas.

Comment calculer son TJM dans le cadre du portage salarial ?

Le calcul du TJM pour un consultant en portage salarial reste le même que pour tout autre indépendant. Il devra prendre en compte les mêmes critères lors des négociations avec l’entreprise de portage salarial. Il devra ainsi prendre en considération les charges sociales, auxquelles devront s’ajouter les charges salariales, les charges patronales, et les frais de gestion.

Si le TJM du consultant porté salarié est ainsi bien souvent plus élevé que la moyenne, le professionnel s’assure le confort et la sécurité du statut.

Si vous hésitez encore sur votre tarif journalier en tant que consultant, n’hésitez pas à faire une simulation de votre TJM en ligne.

Emily McLaren

Chef de projet marketing & communication d’Ad’missions au sein du groupe Freelance.com, ce poste m’a ouvert l’esprit sur les nouvelles manières de travailler et de s’épanouir dans sa vie professionnelle autant que personnelle. La rencontre avec de nombreux talents et experts au sein du groupe me permet d’avoir une vision interne du monde du portage salarial et du freelancing pour étudier et mettre en avant les nouveautés et bienfaits de ce statut au profit de tous.

Ajouter un commentaire