À quoi correspond mon salaire en portage salarial ?

Publié le mardi 16 août 2022 par Anne-Fleur Carabin

Comme tout travailleur indépendant, les salariés portés sont confrontés très tôt à la question de leur taux journalier moyen (TJM) pour déterminer leur salaire.

Une question cruciale, car indépendamment de la qualité de leur travail et/ou du nombre de leurs clients, une tarification insuffisante, ne tenant pas compte de leurs charges et de leur temps de travail peut mettre en péril la viabilité de leur activité.

Si la simulation de revenu est très utile avant le début d’activité du salarié porté, il demeure fondamental que celui-ci sache déterminer son TJM en tenant compte de différents paramètres incluant les frais liés au dispositif de portage salarial.

À quoi correspond le salaire du salarié porté et comment peut-il fixer ses prix ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

un homme tient dans ses mains horloge et tirelire

Comprendre la notion de Tarif Journalier Moyen ou TJM

Le tarif journalier moyen (TJM) désigne le tarif de la prestation d’un consultant indépendant, facturé à son client à la journée. Il est exprimé en hors taxe (HT).

Le tarif journalier moyen est multiplié par le nombre de jours de travail et correspond donc au salaire mensuel du salarié porté. Le TJM est très important pour le consultant, car il permet de calculer un salaire net.

Il s’agit d’un “ taux moyen ”, car le taux peut varier en cas de journées supplémentaires de travail telles que les dimanches, jours fériés, etc.

La facturation au forfait correspond à une obligation de résultat c’est-à-dire que la prestation doit répondre à un objectif précis. Le TJM correspond à une obligation de moyen.

Quelles sont les étapes de la détermination du TJM ?

Il n’est pas toujours simple de savoir quels sont les éléments à prendre en compte pour le déterminer.

3 étapes principales permettent de tracer et définir son TJM :

Étape 1 : Réunir les éléments pour fixer son salaire

Déterminer le salaire mensuel désiré est la première étape pour trouver son TJM.

Pour cela le consultant peut se baser sur le montant de son ancien salaire s’il était salarié dans le passé.

Toutefois, définir son TJM sur la base de son ancien salaire n’est pas suffisant, car le consultant doit inclure des frais afférents à son nouveau statut d’indépendant dont il n’avait pas la charge auparavant.

Ensuite, il doit inclure dans l’estimation de son TJM l’ensemble de ses charges  quotidiennes telles que :

  • loyer, 
  • crédits, 
  • mutuelle santé complémentaire, 
  • frais de mission 
  • Autres frais réguliers.

Au-delà de l’évaluation de son style de vie, le consultant doit aussi prendre en considération la valeur de ses prestations sur le marché en tenant compte de ses années d’expérience, son niveau d’expertise, son parcours professionnel et ses références qui ont un impact sur le prix final de ses prestations. Par ailleurs, selon le secteur d’activité, les prestations peuvent avoir un coût élevé, le consultant doit donc éviter l’écueil de sous-estimer la valeur ajoutée de son travail.

L’ensemble de ces éléments donnent  un indicateur fiable du salaire moyen à prévoir.

Étape 2 : Évaluer les temps consacrés à la réalisation des missions

Estimer le temps des missions est un critère important pour évaluer au plus juste le TJM.

En effet, les salariés portés ont un rythme différent de celui des salariés classiques puisqu’ils doivent prendre en considération leur temps de gestion administrative, leur temps de gestion, les weekends et les jours fériés ainsi que la durée de leurs congés.

Étape 3 : Inclure l’estimation des charges sociales et patronales liées à la rémunération

Dans le cadre du portage salarial, le consultant doit impérativement tenir compte des charges sociales. En tant que salarié porté, le consultant est redevable de la part patronale (environ 33 à 54 %) et de la part salariale (environ 23%).

Les cotisations sociales offrent des garanties au salarié porté sur les risques suivants :

  • maladie, invalidité-décès, incapacité, maternité ou paternité ;
  • accident du travail et maladie professionnelle ; 
  • allocation chômage en cas d’inactivité (cessation de l’activité ou délai entre deux missions) ;
  • retraite de base et retraite complémentaire (Arrco et Agirc pour les cadres);
  • allocations familiales ;
  • accompagnement par l’Apec pour les cadres ; 
  • formation professionnelle.

Étape 4 : Inclure les frais de fonctionnement et les frais de gestion délivrée par l’entreprise de portage salarial

Enfin, le consultant doit inclure les frais de fonctionnement comprenant notamment :

  • le téléphone,
  • la connexion internet, 
  • les frais de missions : transports, déplacements, hébergement, etc.
  • les frais de gestion de l’entreprise de portage salarial : environ 5 à 10 %

L’ensemble de ces frais peuvent être plus ou moins importants selon la nature de l’activité.

La somme de ces trois éléments constitue le TJM qu’il faut rapporter au nombre de jours de travail prévu.

Zoom sur les frais de gestion : quels sont les bénéfices pour le salarié porté ?

Les frais de gestion sont un élément central du TJM du salarié porté, car il représente en moyenne de 5 à 10 % du chiffre d’affaires du consultant.

Les frais de gestion sont prélevés par la société de portage pour rémunérer les services délivrés aux consultants dans le cadre de son activité à savoir :

  • La gestion administrative de l’activité du consultant : facturation, relances, etc.
  • L’avance de salaire.
  • L’accompagnement personnalisé du consultant dans l’évolution de son activité.
  • L’assistance juridique en cas de litige avec l’un de ses clients.
  • L’accès au réseau professionnel de la société de portage.
  • L’accès à la formation professionnelle.
  • Une assurance de responsabilité civile professionnelle.

Le consultant doit être vigilant lors de l’estimation de son TJM, car les frais de gestion varient selon la société de portage salarial choisie et tiennent également compte de l’ancienneté et du montant du chiffre d’affaires du consultant.

Exemple d’estimation simplifié du TJM du salarié porté 

À titre d’exemple, un salarié porté souhaitant un salaire de 3500 euros net pour une durée de travail de 15 jours, le consultant doit tenir compte au minimum des éléments suivants :

  • charges sociales (22 %) = 770 euros
  • charges patronales (54 %) = 1890 euros
  • les frais de gestion (10 % en estimant la fourchette haute) = 350 euros

Le total des charges régulières et des frais de gestion = 3010 euros

  • 3500+3010 = 6510 euros, rapportés à une durée de travail de 15 jours, le TJM est donc de 434 euros.
Anne-Fleur Carabin

Directrice d’AD’Missions et passionnée par la transformation du monde du travail, ma mission est d’accompagner nos consultants, par l’intermédiaire du portage salarial. C’est un mode de travail différent qui est adapté à l’entreprise d’aujourd’hui, organisée en mode « projet ». Vous souhaitez échanger sur vos projets ? Rencontrons-nous !

Ajouter un commentaire