01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h
01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h

Devenir indépendant sans diplôme, est-ce possible ?

Grâce à des formalités de création de plus en plus accessibles, devenir entrepreneur indépendant est facile pour de nombreux travailleurs. De nos jours, une multitude de métiers peuvent même être exercés de la sorte, à condition d’avoir les connaissances et compétences nécessaires. Malgré cette gestion administrative simplifiée, un fort pourcentage d’entrepreneurs n’ose pas sauter le pas de l’entrepreneuriat, en partie parce qu’ils se pensent illégitimes. Pourtant, être diplômé n’est pas vraiment une obligation pour devenir indépendant, hormis dans certains secteurs d’activités.

Que vous envisagiez de devenir freelance pour avoir des revenus complémentaires ou pour développer une activité principale, vous devez distinguer les métiers règlementés, qui nécessitent d’être diplômé, de ceux qui sont accessibles sans contraintes. Pour découvrir cette question plus en détail, voici notre guide complet à l’attention des entrepreneurs en phase de lancement.

indépendant sans diplome

Doit-on être diplômé pour devenir indépendant ?

Alors que la question du diplôme hante les réflexions de nombreux entrepreneurs en devenir, il faut savoir qu’être diplômé n’est pourtant pas une condition obligatoire de l’accès à la création d’entreprise. En théorie, pour devenir entrepreneur, il suffit simplement :

  • d’être une personne physique ;
  • d’avoir les capacités légales de créer une société ou une entreprise ;
  • de ne pas avoir l’interdiction d’exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale ;
  • d’avoir la nationalité française, sauf dérogation administrative ;
  • de ne pas être sous le coup d’une incompatibilité avec l’activité souhaitée.

Comme vous pouvez le constater, il n’y a aucune obligation concernant le fait d’être diplômé, et pour cause, puisque de nombreux métiers sont accessibles sans avoir besoin d’un diplôme. Avant toute chose, les connaissances et compétences priment sur l’expérience, sans parler de la polyvalence nécessaire à tout entrepreneur.

Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que l’exercice de certaines activités et de certains métiers est règlementé par le droit du travail. Si l’entreprise en projet est concernée par l’un de ces secteurs, l’entrepreneur n’a la possibilité de devenir indépendant que s’il est diplômé, qualifié, ou autorisé à exercer. Mieux vaut donc bien vous renseigner avant de débuter les formalités de création de votre entreprise, sous peine d’avoir quelques surprises.

Sur le même principe, sachez que même si votre entreprise propose plusieurs services ou activités, vous n’êtes pas obligé d’être diplômé pour pouvoir créer celle-ci, sauf si l’un des deux domaines concerne un métier règlementé.

Quels sont les métiers accessibles pour un entrepreneur non diplômé ?

Que ce soit pour une activité commerciale, une activité artisanale, ou une activité libérale, un entrepreneur indépendant non diplômé peut choisir parmi une multitude de métiers. En effet, dans la plupart des cas, aucun secteur n’est intégralement contraint à la détention d’un diplôme ou d’une formation spécifique. Traditionnellement, ces différentes activités se décomposent comme suit :

  • l’activité commerciale inclut tous les métiers qui procèdent à la vente ou à la revente de produits et services ;
  • l’activité artisanale concerne quant à elle tous les métiers artistiques ou manuels, comme la création d’objets ou de meubles, voire même la photographie ;
  • l’activité libérale non règlementée englobe les métiers de services, à l’image du coaching, de l’expertise, du conseil, de la rédaction web, etc.

Pour tous ces cas spécifiques, que vous souhaitiez être fleuriste, photographe ou bricoleur, il est possible de devenir entrepreneur indépendant sans être diplômé. Néanmoins, il peut être utile de suivre une formation, non obligatoire, pour perfectionner vos connaissances et compétences dans votre secteur d’activité. Bien sûr, cela reste optionnel, et toute démarche ne peut faire l’objet que d’une volonté personnelle de l’entrepreneur en freelance.

Quels sont les métiers inaccessibles pour un entrepreneur non diplômé ?

Comme nous l’avons vu plus haut, il y a tout de même certaines situations où l’entrepreneur doit être diplômé pour pouvoir créer son entreprise. Ces métiers et activités sont souvent règlementés pour des raisons de sécurité, et lorsque c’est le cas, une formation professionnelle qualifiante minimum est généralement requise.

Pour un entrepreneur qui souhaite se lancer dans la création d’une entreprise, distinguer les métiers règlementés de ceux qui ne le sont pas peut être compliqué, en plus des formalités administratives nécessaires au lancement d’un business. Afin de vous aider, voici quelques exemples d’activités et secteurs concernés par la détention d’un diplôme ou d’une formation :

  • les métiers du bâtiment sont tous des activités règlementées, et leur accès est strictement limité à un diplôme de type CAP, BEP, ou à une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans une entreprise du même secteur d’activité ;
  • les métiers liés à la santé sont eux aussi règlementés, qu’il s’agisse de massages, d’esthétique, ou de coaching sportif ;
  • les métiers de l’immobilier et certaines activités commerciales nécessitent aussi une formation qualifiante ou un diplôme, de l’agent immobilier à l’architecte.

Avant de vous lancer dans les formalités de création de votre entreprise, n’hésitez pas à solliciter le CFE compétent de votre zone géographique, afin de vérifier que le métier ou l’activité que vous ciblez n’est accessible qu’à un entrepreneur diplômé.

indépendant sans diplome

Est-ce que l’entrepreneur doit suivre une formation de gestion ?

Il y a encore peu de temps, tout nouvel entrepreneur en auto-entreprise devait suivre un stage de préparation à l’installation, notamment si son secteur relevait d’une activité artisanale. Sans cette formation express imposée par l’Etat, il était même impossible pour un indépendant d’obtenir l’immatriculation de son entreprise au répertoire des métiers. Heureusement, cette obligation est désormais révolue, mais les entrepreneurs gardent tout de même la possibilité de suivre ce stage s’ils en ont envie.

En effet, même si celui-ci ne dure que 4 à 5 jours et ne comprend que 30 heures de formation, il s’apparente malgré tout à une sorte de diplôme, qui permet d’apprendre à gérer correctement tous les aspects de sa future entreprise. Il faut dire que la gestion est l’une des raisons principales de nombreux échecs, puisque les nouveaux entrepreneurs se retrouvent parfois confrontés à des problèmes qu’ils auraient pu éviter. De la gestion administrative à la gestion commerciale, en passant par les obligations du régime fiscal et du statut social choisi, ce stage de création d’entreprise peut être de bons conseils pour un freelance sans expérience.

Bien qu’il soit possible d’accéder à de nombreuses activités sans être diplômé, l’entrepreneur n’est pas pour autant à l’abri des soucis dans le cadre de son métier. Parfois, ces derniers ne concernent même pas la teneur de ses prestations, mais bien les formalités et obligations liées à la création de son entreprise. A ce titre, pour se prémunir d’un grand nombre de risques possibles, un entrepreneur a tout intérêt à peaufiner son projet par le biais de ce stage.

Nous vous recommandons ces autres pages :