01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h
01 76 35 08 43 Lun au Ven : 8h30 à 19h

Guide de l’entrepreneur : du projet au lancement de l’entreprise

Comme de nombreux salariés, vous rêvez d’indépendance et de liberté pour vous épanouir davantage dans votre vie professionnelle. Vous avez l’âme d’un entrepreneur et la motivation pour atteindre vos objectifs, vous aimeriez vous lancer et devenir votre propre patron. Fort de vos réflexions, une idée de projet de création d’entreprise se profile, mais de nombreuses questions vous taraudent. Comment devenir entrepreneur ? Mon idée et mon projet sont-ils viables ? Que faut-il savoir avant de se lancer dans l’entrepreneuriat ? Quels sont les risques ? 

Pour commencer votre activité dans les meilleures conditions possible et limiter au maximum les risques et autres aléas, nous vous proposons notre guide complet de l’entrepreneur reprenant toutes les étapes cruciales à la création d’une entreprise, de l’idée de départ au lancement de votre activité, ainsi que nos conseils.

Suivre des étapes pour devenir entrepreneur

Devenir entrepreneur, de l’idée au montage du projet

Constituer un dossier construit et réfléchi n’est pas nécessaire que pour l’obtention d’un crédit bancaire pour le financement de votre projet. Cette étape est primordiale afin de savoir où vous allez et mesurer vos chances de réussite. Voyons à présent les éléments importants que doit contenir votre dossier.

Le montage du projet, l’étude de marché

L’étude de marché a pour objectif de mesurer l’opportunité commerciale de votre future entreprise. Pour réaliser une étude de marché complète, vous devrez vous intéresser à  :

  • le marché en lui-même (taille, loi qui le régit, les différents acteurs, etc.) ;
  • l’offre (les grandes tendances, les produits les plus vendeurs, les prix de vente, etc.) ;
  • la concurrence (les entreprises concernées, leur nombre, leurs produits et services, leur localisation, etc.) ;
  • la demande (les attentes des clients, leurs habitudes de consommation, leur budget, etc.).

Le projet de création d’entreprise, le business plan

Le business plan (plan d’affaires) est la version documentée de votre projet d’entreprise synthétisant l’ensemble de vos réflexions que vous confronterez ensuite à des données factuelles. Le business plan porte notamment sur :

  • vous, votre situation, votre personnalité, vos objectifs professionnels et personnels, le temps que vous souhaitez consacrer à votre entreprise, vos charges financières et vos besoins, etc. ;
  • le projet en lui-même, ses objectifs, sa pertinence, vos produits ou services, vos concurrents, vos clients potentiels, vos avantages concurrentiels, etc. L’étude de marché vous apportera de nombreuses réponses ;
  • le SWOT de l’entreprise, c’est-à -dire ses forces, faiblesses, opportunités et menaces ainsi que les solutions possibles ;
  • les actions et les moyens de mise en oeuvre (moyens humains, financiers, aides financières, besoin d’équipements, etc.) ;
  • le plan de marketing et de communication pour promouvoir votre entreprise et votre produit ou service ;
  • les perspectives d’évolution à long et moyen terme.

La création d’une entreprise, le prévisionnel financier

Le prévisionnel financier a pour vocation de valider la capacité financière de votre entreprise et de mesurer son seuil de rentabilité, il comprend :

  • la capacité à rentabiliser les fonds investis (apport, emprunt, etc.) ;
  • le plan de financement ;
  • l’estimation des charges de l’entreprise ;
  • l’estimation de vos revenus ;
  • le bilan et le compte de résultat prévisionnels ;
  • le plan de trésorerie et votre fonds de roulement.

Etapes à suivre pour devenir entrepreneur

Devenir entrepreneur, le choix du statut juridique de l’entreprise

Le choix du statut est une étape importante pour un entrepreneur qui nécessite de bien réfléchir aux différentes possibilités, car le régime juridique a une forte incidence sur l’ensemble du fonctionnement de l’entreprise, notamment sur :

  • le statut du gérant et ses droits en matière de protection sociale et de retraite ;
  • le montant minimum de l’apport de capital ;
  • l’engagement du patrimoine personnel du dirigeant ;
  • le nombre d’associés ;
  • le régime d’imposition de l’entreprise (sur les sociétés ou sur le revenu) ;
  • les formalités de création (immatriculation, rédaction de statuts, avis de constitution dans un journal d’annonces légales, etc.) ;
  • les formalités en matière de gestion comptable (simplifiée ou non) et juridique ;
  • etc.

Entreprendre seul, les statuts possibles

L’entreprise individuelle (EI), dont la micro-entreprise fait partie, ainsi que l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) sont les formes les plus simples en matière de formalités de création et de fonctionnement. Elles n’ont pas de personnalité juridique, contrairement aux sociétés, elles sont gérées par le gérant en son nom propre, entreprise et personne physique ne font qu’un.

L’EURL, entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (il s’agit d’une SARL unipersonnelle) et la SASU, société par actions simplifiée, sont des sociétés et ont donc une personnalité propre permettant de séparer le patrimoine personnel du gérant à celui de l’entreprise.

Entreprendre à plusieurs, les statuts à envisager

Deux possibilités s’offrent à vous si vous souhaitez entreprendre entre associés : la SARL, société à responsabilité limitée et la SAS, société par actions simplifiée. Ce sont les formes les plus courantes en France.

Chaque statut juridique a ses propres spécificités avec ses avantages et ses inconvénients. Votre choix dépend principalement de votre secteur d’activité, de la taille de l’entreprise, de votre chiffre d’affaires et de votre projet d’entreprise. Nous vous recommandons vivement de vous faire accompagner par un expert pour bénéficier de ses conseils éclairés dans cette étape délicate.

Devenir entrepreneur, les démarches de création d’entreprise

Les démarches liées à la création de votre entreprise dépendent du statut juridique que vous avez choisi.

Les démarches pour les auto-entrepreneurs (la micro-entreprise)

L’avantage majeur du régime de la micro-entreprise est que sa création est rapide et très simple : une unique déclaration de début d’activité suffit, à l’aide d’un formulaire en ligne sur le site de l’Urssaf, accompagné d’une copie de votre pièce d’identité et d’un justificatif de domicile.

Vous recevrez alors, sous une dizaine de jours, le numéro de SIRET attribué à votre entreprise ainsi que votre code APE, et celle-ci sera automatiquement enregistrée dans le répertoire Sirène de l’Insee.

Les démarches pour la création d’une société

Les démarches lors de la création d’une société sont un peu plus complexes. La création d’une société passe par son immatriculation auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) à l’aide d’un formulaire (téléchargeable en ligne) auquel vous devrez joindre un ensemble de justificatifs selon votre statut.

Enfin, selon le régime juridique choisi, la rédaction des statuts de la société peut être nécessaire ainsi que le dépôt des apports en capital social et la publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales.

Devenir entrepreneur, les démarches au démarrage de l’activité

Peu importe votre statut, quelques démarches sont à réaliser avant de démarrer votre activité d’entrepreneur.

L’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’entreprise

Une fois de plus, vos obligations légales diffèrent selon le statut choisi.

  1. Une société commerciale (SAS, SASU, SARL, etc.) à l’obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel réservé à l’usage exclusif de son activité.
  2. Le statut d’auto-entrepreneur offre la possibilité d’ouvrir un simple compte courant (moins cher) dédié à votre micro-entreprise.

La mise en place commerciale de votre activité

Qu’il s’agisse de la vente de biens et de marchandises ou de la prestation de services, vous allez être amené à facturer vos clients. Pour cela, il vous faudra concevoir des modèles types qui doivent répondre à des obligations légales fixées au regard du statut juridique de votre entreprise.

Vous devrez également mettre en place les outils liés à la gestion de votre comptabilité : livre de recettes et de dépenses, brouillard de caisse, logiciel de comptabilité, etc.

La souscription à une assurance professionnelle

La responsabilité civile professionnelle est obligatoire pour tous les entrepreneurs, quel que soit leur activité et statut. D’autres garanties peuvent être nécessaires au regard de vos besoins, comme l’assurance du local ou de votre véhicule professionnel.

Nous vous recommandons ces autres pages :